^

Politique

Gouverne-ment !

Lubrizol. Taux de dioxines élevé dans l’air, pour Buzyn tout va bien

Après l'incendie de Lubrizol, une analyse a été réalisée et révèle un taux très élevé de dioxines. Qu'à cela ne tienne, la ministre de la santé Agnès Buzyn annonce des résultats qui « restent en dessous des seuils admis de toxicité ».

mercredi 9 octobre

CREDITS PHOTO : © Blas Garcia Castellano

Les dioxines sont, selon la définition de l’OMS, « des polluants organiques persistants dans l’environnement ». Ils sont «  très toxiques et peuvent provoquer des problèmes au niveau de la procréation, du développement, léser le système immunitaire, interférer avec le système hormonal et causer des cancers ». Autant d’éléments qui ne peuvent qu’inquiéter les travailleurs et habitants du territoire où un taux élevé de ces composants chimiques a été relevé après l’incendie de l’usine Lubrizol. La présence de dioxines dans l’eau et les aliments est particulièrement dangereuse puisqu’elle provoque de graves effets sur l’organisme qui les ingère. Nous découvrons encore un peu plus l’étendue des dégâts qu’a produit la catastrophe de l’incendie, catastrophe que le gouvernement minimise depuis le début.

En effet, dès le lendemain le gouvernement a couvert l’ingérence de l’industriel en faisant croire à la population qu’il n’y avait aucun risque quant aux retombés du nuage de panache qui émanait de l’usine en feu, alors même que les habitants des alentours étaient pris de nausées et de migraines, et qu’une pluie de carburant souillait le territoire obligeant les agriculteurs à mettre leurs récoltes en quarantaine. La volonté de la ministre de cacher et minimiser les conséquences sanitaires et écologiques de cette catastrophe montre qu’on ne peut faire confiance à ce gouvernement. Et alors même que les résultats des analyses du sol de Priaux ont révélés un taux élevé de dioxine, Agnès Buzyn continue de rabâcher qu’ils ne sont pas alarmants puisque « en dessous du seuil de toxicité ». De quel seuil parlons nous lorsque des centaines de personnes présentent des signes graves de contamination chimique ?

Si cette contamination chimique a été causée par la course au profit d’une entreprise qui appartient à Warren Buffet, le 3ème milliardaire le plus riche du monde est assez fortuné pour se protéger des conséquences de cette catastrophe. Une catastrophe dont le gouvernement continue de cacher et minimiser les conséquences qu’elle aura sur la santé de la population.

Nous devons exiger la vérité sur les produits chimiques qui ont brûlé lors de l’incendie, sur les effets et risques sur les travailleurs de l’usine et des habitants touchés ainsi que sur l’environnement, et faire payer les responsables qui ne sont autre que les dirigeants de l’entreprise et le gouvernement.




Mots-clés

Catastrophe écologique    /    Scandale Lubrizol   /    Rouen   /    Ecologie   /    Politique