^

« Fachos hors de nos facs ! »

Nanterre : nouvelle agression d’un syndicaliste étudiant par des militants de l’extrême droite

Un militant de l’UNEF s’est fait rouer de coups alors qu’il entrait à la fac par des membre de « Zouave Paris », venus soutenir la Cocarde, syndicat d’extrême droite. Une agression qui n’est pas une première, puisque des membres de la Cocarde ont déjà attaqué un autre membre de l’UNEF il y a 3 semaine, et que le cortège NPA et les Gilets jaunes avaient été la cible des Zouaves l’an dernier.

mercredi 6 novembre

Lundi 4 novembre, un membre de l’UNEF de Nanterre a été agressé par des membres des « Zouaves Paris », groupuscule d’extrême droite héritier du GUD, raciste, sexiste et homophobe. Ils étaient venus aider la Cocarde -syndicat étudiant d’extrême droite- à diffuser des tracts sur l’université. D’après le communiqué de l’UNEF Nanterre, : « Ce camarade, alors qu’il était tout seul, a été repéré par une douzaine d’entre-eux qui l’ont lâchement roué de coups, pour son engagement syndical ! Les agresseurs se sont par la suite enfuit quand spontanément plusieurs enseignant-e-s, personnels et étudiant-e-s se sont interposé-e-s  ».

Cette agression fait suite à celle du 16 octobre, ou des membre de la Cocarde avaient étranglé, jeté à terre, et frappé Selim, membre de l’UNEF, devant la Fac. Un rassemblement avait eu lieu le lendemain, regroupant plusieurs organisations de gauche, afin de protester contre cette agression et d’empêcher l’extrême-droite d’entrer dans la fac, ce qui avait conduit à un affrontement avec des militants de la Cocarde. Victor, membre de l’UNEF TACLE était présent ce jour là « pour protester face à la venue de la Cocarde étudiante, qui soutient Le Pen et tient un discours discriminant vis-à-vis des immigrés. ». 

En effet, la Cocarde, qui essaie d’implanter ses idées réactionnaire sur la fac est toléré par la présidence, à l’image de Balaudé qui n’hésite en revanche pas à prendre pour cible les étudiants « sans-facs » mobilisés depuis plusieurs semaines en les traitant sur Twitter d’« enragés qui vocifèrent » ou de « quarteron factieux ».

Les Zouaves n’en sont pas à leur coup d’essai, durant le mouvement des Gilets jaunes de l’année dernière,ils avaient déjà agressé le cortège du NPA, envoyant deux de nos camarades à l’hôpital.

Face à ces bandes fascistes et proto-fascistes, il est nécessaire non seulement d’exprimer notre solidarité face aux étudiants agressé, mais également de converger et de se défendre collectivement, afin de les empêcher de pouvoir propager leurs idées nauséabondes qui n’ont rien à faire dans une fac. 




Mots-clés

Université de Nanterre   /    Extrême-droite   /    Syndicat