^

Politique

LES CHEMINOTS NE LACHENT RIEN

Partout, dans toutes les gares, l’heure est à la grève reconductible

Ce matin, les cheminots se sont rassemblés et ont tenu des AG pour décider de l’avenir de la grève et de la mobilisation. Des AG ouvertes, interpro, avec présence d’enseignants et d’étudiants. Les votes en disent long sur le désir de convergence, et la détermination à tenir bon aussi longtemps que ce sera nécessaire pour gagner.

jeudi 5 décembre 2019

Des taux de grévistes records, les cheminots votent la reconductible dans les AG

Même les médias sont obligés de le reconnaître, les taux de grévistes sont impressionnants. Même s’il n’existe officiellement que des chiffres globaux fournis par la direction de la SNCF qui annonce un taux de 66 %, les cheminots savent bien qu’ils sont en train de battre des records. A la gare d’Austerlitz par exemple, ils recensent, au moment de la prise de service, un taux de grévistes de 100% pour les contrôleurs et les mécanos des grandes lignes. A l’échelle Ile de France c’est 93 % des mécanos et 72,5% de l’équipement qui sont en grève.

Les AG s’organisent, discutent et décident de la suite à donner. Une AG de 300 personnes à la Gare de Lyon à Paris, une détermination qui fait dire à l’un des présents : « Moi des grèves j’en ai connues mais c’est la première fois que je me dis qu’on peut gagner » ; A la gare d’Austerlitz, 100 cheminots présents en AG se préparent à partir en manif à la gare de l’Est. Ils sont conscients de leur force dans la bagarre contre Macron. L’un d’eux déclare : « Aujourd’hui, on a déjà gagné une première bataille, c’est celle de l’opinion publique ! ». A saint Lazare, près de 100 en AG ; A Lagny, 70 personnes tiennent un piquet de grève et animés d’une grande combativité se préparent à rejoindre les cheminots de la gare de Lyon. A Versailles, une assemblée générale interpro avec au moins 200 présents, beaucoup plus gros qu’à l’habitude. Cheminots, électriciens, gaziers, postiers, profs, étudiants. A Poitiers, rassemblés devant le parvis de la gare, les cheminots ont crié haut et fort leur détermination à multiplier la mobilisation. Une cinquantaine en AG au Bourget, là encore « super déter »… et on pourrait allonger la liste

Des grévistes qui veulent s’auto-organiser et partir en reconductible

Karim, cheminot à « Auster », exprime un sentiment général dans un tweet « Ce que le gouvernement craint, c’est qu’on prenne nos affaires en mains ! Il faut que ce soient les AG qui décident du mouvement ! ».

Loin des intermédiaires et des négociations fantoches, ce que les cheminots, les travailleurs, les enseignants, les étudiants veulent, c’est décider par eux-mêmes et s’organiser pour gagner.

A Châtillon, on a voté la grève, la constitution d’un comité de grève, et décidé d’aller chercher les travailleurs du coin et d’interpeller les directions syndicales. Une délégation est désignée pour aller à l’interpro demain à 15h. Sans oublier la convivialité : Au Bourget on prévoit piquet et AG à 9h mais aussi un « barbeuc » à midi : ça fait partie de l’auto-organisation et du maintien du moral et de la solidarité. Il s’agit de tenir le week-end et plus …

Car les AG ont exprimé par leurs votes qu’il n’était pas question de se laisser enfermer dans les machines à perdre que sont les journées saute-moutons, les grèves carrées sans lendemain ou le fin du fin, les grèves 3/5 dont ont cruellement pâti les cheminots en juillet dernier. Partout c’est à l’unanimité ou la quasi-unanimité que les participants aux AG ont voté pour la grève reconductible. A Austerlitz pour la reconduction : 100 % des votants ; Au Bourget, reconduction à l’unanimité. A Saint Lazare, 81 pour la reconduction et 4 abstentions. A Poitiers, on amplifie et on continue…




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Politique