^

Politique

Oui, la police tue !

Philippe Poutou convoqué par la police : solidarité face à une intimidation d’État !

L’Etat n’en finit pas d’intimider les candidats d’extrême-gauche à la présidentielle. Après Anasse Kazib, c’est Philippe Poutou qui est convoqué ce 8 mars par la police dans le cadre d’une enquête demandée par Darmanin pour « injure publique envers une administration publique ». Une intimidation scandaleuse : solidarité avec Philippe Poutou

lundi 7 mars

Crédits photo : AFP

En octobre dernier, Philippe Poutou affirmait sur France Info que « la police tue et mutile ». Une affirmation qui peut sembler évidente à l’aune des multiples affaires de meurtres et de mutilations policières des dernières années, mais qui a suscité la colère de Gérald Darmanin, qualifiant les propos d’« insultants et indignes d’un élu de la République » et annonçant vouloir porter plainte.

La simple menace de plainte constituait déjà une offensive et une intimidation intolérable contre le candidat du NPA à la présidentielle. Or, la procédure-bâillon de Darmanin est bien en cours. Dans un tweet publié ce lundi, Philippe Poutou a en effet rendu publique sa convocation par la police ce mardi 8 mars 9h30 à la « Brigade de répression de la délinquance contre la personne » pour « être auditionné en qualité de suspect » concernant des faits d’« injure publique envers une administration publique. »

Alors que le candidat du NPA est désormais officiellement dans la course en 2022 après avoir validé ce lundi ses 500 parrainages, sa campagne s’ouvre ainsi sur une convocation policière. Un nouveau symbole des intimidations d’Etat contre ceux qui dénoncent sa politique et sa police, quelques jours après la convocation de Anasse Kazib, également candidat à la présidentielle pour Révolution Permanente.

Face à cette intimidation d’Etat intolérable, nous réaffirmons toute notre solidarité avec Philippe Poutou. Oui, la police tue, et Darmanin ne nous empêchera pas de le dire ! Contre de telles attaques qui se banalisent, la solidarité des organisations du mouvement ouvrier et du mouvement social doit être la plus large !



Mots-clés

Répression policière   /    Gérald Darmanin   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique