^

Politique

Jusqu’au retrait !

Phillipe lâche du lest sur l’âge pivot ? C’est l’ensemble du projet qu’il doit retirer !

Sommé par Emmanuel Macron de trouver un « compromis rapide » pour mettre fin à la bataille des retraites, Edouard Philippe est intervenu ce matin au micro de RTL et se montre prêt à bouger sur l’âge pivot ou à accepter la Conférence de financement proposé par Laurent Berger pour faire rentrer la CFDT et les syndicats réformistes dans les rangs. Mais c'est tout son projet qu'il doit retirer !

mardi 7 janvier

Alors que dans les transports les grévistes entament leur 34e jour de grève reconductible et qu’une nouvelle journée de grève interprofessionnelle promet d’être largement suivie ce jeudi 9 janvier, l’exécutif commence à lâcher du lest sur la question de l’âge pivot. Invité au micro de RTL ce matin Edouard Philippe a en effet multiplié les déclarations dans ce sens, se montrant plus ouvert en direction de la CFDT notamment. « Il est de ma responsabilité de veiller à ce que le régime futur soit équilibré, mais je suis prêt à discuter de toutes les modalités », « si les organisations syndicales et patronales s’entendent pour un meilleur système, je le prendrai » ou encore « Je suis ouvert à des discussions sur beaucoup de sujets et j’entends parfois d’excellentes idées » en référence à la proposition de Laurent Berger d’organiser une conférence de financement du projet de la réforme qu’il juge être une « bonne idée ». Le Premier ministre vient d’ailleurs d’annoncer une réunion avec les « partenaires sociaux » à Matignon ce vendredi pour en discuter.

La nouvelle stratégie de communication déployée par le gouvernement s’est aussi exprimée à travers la ministre de la Justice Nadine Belloubet invité sur BFM ce matin qui a repris mot pour mot l’argumentation du Premier ministre en ventant sa « responsabilité » et sa volonté d’ouverture aux syndicats réformistes.

Alors que leur hypothèse d’enlisement du conflit et de pourrissement de la grève s’est retournée contre eux, malgré la bonne volonté des directions traitres de la CFDT et le l’UNSA notamment qui n’ont pas hésité à relayer l’appel à la trêve, mais aussi les nombreuses concessions corporatistes passés avec plusieurs secteurs, 75% de la population souhaite que le projet de réforme soit modifié ou retiré. Face à la peur de ne pas réussir à aller jusqu’au bout de sa réforme la stratégie du gouvernement est claire. Elle consiste à tenter de sauver sa peau en cherchant à s’appuyer sur les directions syndicales réformistes qui n’attendent qu’une main tendue pour appeler à la fin du mouvement. Laurent Escure et Laurent Berger n’ont d’ailleurs pas cessé de montrer pattes blanches en se faisant les grands défenseurs d’une « réforme responsable » qui s’attache à l’équilibre budgétaire.

Devant l’ampleur du mouvement de grève et la menace de nombreux secteurs de rejoindre ou de radicaliser leur mobilisation, la dernière carte du gouvernement n’est autre que de chercher davantage de relai pour tenter de sauver le cœur de sa réforme. Une contradiction importante quand on sait que le projet de réforme a déjà été envoyé au Conseil d’Etat avant même la fin du second round de négociation ! C’est aussi l’occasion de désamorcer la gronde qui s’est révélée au sein de la majorité parlementaire où une partie des députés reprochent à Edouard Philippe sa stratégie frontale et son entêtement sur l’âge pivot. Ces derniers lui reprochent de s’aliéner le soutien des syndicats réformistes qu’ils jugent nécessaires à la bonne poursuite du quinquennat. Pour Laurent Berger, soumis à la pression de sa base, l’ouverture du gouvernement est une bonne nouvelle mais le patron de la CFDT se dit en attente d’une réponse concrète « On a vu que l’âge pivot ne semblait plus être un totem, maintenant […] ce qu’on veut, c’est qu’il ne soit plus dans le projet de loi ».

Alors que l’exécutif se prépare à reculer partiellement, plus que jamais il faut amplifier la grève et radicaliser le mouvement. La question de l’âge pivot n’est que l’arbre qui cache la forêt de la baisse généralisée des pensions que préparer la retraite à point. Il n’y a rien à négocier mais aller jusqu’au bout pour le retrait pur et simple de ce projet de réforme !