×

Roissy

Plusieurs centaines de personnes réunies à Roissy contre le licenciement du secrétaire de l’UL CGT

Ce midi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Roissy contre le licenciement du secrétaire de l’UL CGT Nicolas Pereira. Un rassemblement appelé par l’intersyndicale qui est un premier pas vers la construction d’un front large contre la répression et pour des conditions de travail et des salaires dignes.

Lisa Mage

2 février

Facebook Twitter
Plusieurs centaines de personnes réunies à Roissy contre le licenciement du secrétaire de l'UL CGT

Ce jeudi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblée devant AIR France CARGO à l’Aéroport de Roissy contre la répression syndicale et notamment contre le licenciement du secrétaire de l’Union Local CGT Nicolas Pereira. Une répression face à laquelle une intersyndicale composée de la CGT Roissy, de Sud aérien, de la CFTC, STAAAP, UNSA, de la CFDT et de FO s’est formée.

A l’appelle de cette dernière, de nombreux syndicalistes et figures politiques ont répondu présents tels que Fabien Gay (Sénateur PCF), Julie Garnier (Conseillère régionale Ile-de-France LFI) ou encore Anasse Kazib (Militant à SudRail et porte-parole de Révolution Permanente). Une enseignante en grève est même venue apporter son soutien à ces travailleurs mobilisés.

Nicolas Pereira, pour ouvrir les prises de paroles, a pris le micro en premier. « Si on reste dans la peur on va se faire bouffer. D’autres secteurs sont mobilisés face à la répression mais aussi face à la montée de l’extrême droite. Il faut pousser à l’unité, c’est ce que le patronat craint le plus » a-t-il déclaré.

Dans la foulée, son collègue de Transdev Nordine, également délégué syndical CGT s’est exprimé : « Ils espèrent couper une tête, mais y’en a des centaines qui vont se relever. Cette réaction montre qu’on leur fait peur. On ne peut plus continuer comme ça ! ». Et Julie Garnier d’ajouter : « C’est leur spécialité de réprimer ceux qui disent la vérité. On n’a pas peur d’eux, on continuera à soutenir les combats », alors qu’elle elle-même a déjà été poursuivi par Transdev pour avoir dénoncer la politique de sa direction.

Peu avant la fin du rassemblement, Anasse Kazib revenait sur l’importance du combat pour la réintégration de Nicolas Pereira : « Pour améliorer nos conditions de travail, ça passe par la réembauche et la lutte fraternelle contre la direction de Transdev. C’est central ! », avant d’insister sur le saut en termes de répression que représente le licenciement du secrétaire d’une Union Locale de la CGT.

En effet, dans la perspective des Jeux olympiques et face à la multiplication des mobilisations pour des augmentations de salaire et pour des conditions de travail dignes, les cas de répression syndicale se multiplient. De la mise à pied d’un syndicaliste CGT à la convocation policière d’un porte-parole de SudAérien, en passant par le licenciement de Farida de Sheraton, pour ne citer que les exemples les plus récents, tous les moyens répressifs sont utilisés pour discipliner les travailleurs.

Ce rassemblement était donc un premier pas vers la construction d’un front large contre la répression syndicale sur l’aéroport. Cependant, comme de nombreux syndicalistes l’ont exprimé lors du rassemblement, que ce soit pour des augmentations de salaires, contre les mauvaises conditions de travail ou même pour « mettre un coup d’arrêt à l’extrême droite » comme l’expliquait Nicolas, ce combat doit sortir de l’aéroport de Roissy et devenir un enjeu national.


Facebook Twitter
Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d'huissiers mais pas d'augmentation ! »

Poursuite de la grève à Neuhauser : « 200 000€ de frais d’huissiers mais pas d’augmentation ! »

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d'attiser la colère cheminote

Grève des aiguilleurs les 23 et 24 février : les salaires continuent d’attiser la colère cheminote

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Répression chez InVivo : 120 syndicats apportent leur soutien à Christian Porta, délégué CGT

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Attal soigne la FNSEA et réprime les agriculteurs qui dénoncent Lactalis

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Montpellier. Dans le travail social, une semaine de grève et mobilisation contre le manque de moyens

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l'espace

Toulouse. 3 salariés de GSF-Propreté licenciés après avoir dénoncé du racisme à la Cité de l’espace

Vague de faillites d'entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008

Vague de faillites d’entreprises en Europe : un record depuis la crise de 2008