^

Politique

Répression

Pour l’acte 24, Lallement aurait ordonné de démuseler des chiens d’attaque

Quand y'en a plus, y'en a encore ! La créativité répressive contre les Gilets Jaunes semble en tout cas innépuisable. Selon le Canard Enchainé, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, serait ainsi prêt à mobiliser une douzaine de chiens d'attaques, avec ordre de les « démuseler » pour l'acte 24.

jeudi 25 avril

Crédits photo : Thibault Camus / POOL / AFP

« Lallement, revient, t’as oublié (de museler ) tes chiens » pourrait être le slogan phare de l’acte 24 de la mobilisation des Gilets Jaunes à Paris. A moins que son idée se généralise, et germe dans l’esprit des responsables en répression partout sur le territoire, en faisant un slogan hexagonal. En effet, selon le Canard Enchainé, le tout nouveau préfet de police de Paris envisage le déploiement d’une douzaine de chiens d’attaque ce samedi 27 avril dans les rues de la capitale. Histoire de « taquiner les molets » des Gilets Jaunes sans doute, Lallement aurait également ordonné à ses frappes sur le terrain de « démuseler » ces chiens, rien que ça !

Alors que le gouvernement a décidé d’ouvertement rembarrer les protestations de l’ONU sur la répression du mouvement des Gilets Jaunes, considérant le LBD comme « arme de guerre », c’est donc à une fuite en avant des plus violentes que nous assistons. En plus des balles en caoutchouc, des gazs lacrymogènes, des charges de CRS, des BACeux, des cannons à eau ou bien encore des grenades GLI-F4, la liste des dangers potentiels en manifestation s’allonge un peu plus avec la crainte des crocs de molosses entraînés pour attaquer le tout venant. Sans doute une nouvelle incarnation du « en même temps » d’Emmanuel Macron, qui doit annoncer dans moins d’une heure ses fameuses conclusions et mesures post-Grand Débat.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Paris   /    Répression   /    Politique