^

Notre classe

5 décembre is coming

SNCF. Les 4 technicentres de Lyon entrent en grève

Ce mardi, une journée de grève très suivie a été déclenchée dans les technicentres lyonnais : « Les directions locales et nationales perchées dans leur tour d’ivoire ne comprennent pas le malaise des cheminots du terrain ».

mardi 12 novembre

Ce mardi, les cheminots des quatre technicentres de maintenance de Lyon se sont mit en grève, les raisons sont nombreuses, Sud-Rail qui a appelé à la grève (suivie par la CFDT dans un des technicentre) met en avant les suppressions d’effectifs qui fait que les équipes sont constamment en sous effectifs, mais aussi les «  des restructurations incessantes ou encore une désorganisation du travail  ». Patrick Mondon, représentant syndical, précise au journal Le Progrès, que la mobilisation concerne également les salaires : «  Il y a un vrai ras-le-bol lié aux rémunérations bloquées depuis 5 ans, au manque d’effectifs et à la pression managériale  ».

Après les droits de retraits massifs des cheminots fin octobre, suite à un accident de train avec seulement un conducteur à bord, essentiellement suivie par les conducteurs et les contrôlleurs. Ce sont donc les travailleurs des technicentres qui marque ce début de mois de novembre par leurs mobilisations. Dans la région parisienne, plusieurs technicentres ont débrayé et lancé un mouvement de grève spontané, le site du Landy est depuis toujours en grève depuis deux semaines maintenant.

Les cheminots lyonnais entrent donc dans la danse de l’ébullition sociale du mois de novembre, annonçant un mois de décembre déterminant ! Dans les quatre sites, cette première journée de grève a été très suivie, un représentant syndical annonce d’énormes taux de grèves : «  à plus de 90 % à la Mouche, à 80 % à Vénissieux, à 70 % à Vaise, autour de 50 % à Gerland…  ». De plus, ce n’est a priori que la première journée, la direction semblant faire la sourde oreille, annonçant en fin de matinée qu’il n’y avait « pas d’alerte particulière. Tout roule.  ».

Ces coups de semonces répétés dans les différents secteurs cheminots annoncent un 5 décembre déterminant. En plus de la réforme de la retraite dont personne ne veut etdu bashing anti-cheminots permanent dans les grands média, le « le malaise des cheminots du terrain  » est un facteur important de la situation, le fait que les travailleurs du rail relèvent la tête ces derniers mois est déterminant. La CGT, l’UNSA et SUD ont d’ores et déjà appelé à la grève reconductible pour le 5 décembre, les bases sont posés pour une nouvelle bataille, générale cette fois-ci.




Mots-clés

Grève   /    Lyon   /    SNCF   /    Notre classe