×

L'édito du Poing Levé

SNU, uniformes, « réarmement civique » : le gouvernement Attal, ennemi numéro 1 de la jeunesse

Des vœux du Président au remaniement gouvernemental, il ne fait aucun doute que la jeunesse constitue une cible privilégiée de la macronie pour 2024. Face à une génération en voie de radicalisation, un pari risqué pour le régime.

Facebook Twitter
SNU, uniformes, « réarmement civique » : le gouvernement Attal, ennemi numéro 1 de la jeunesse

Crédit Photo : Carol Sibony

En cette rentrée de janvier 2024, la feuille de route dont s’est dotée le gouvernement a le mérite d’être claire. Dans la continuité de la rhétorique sur « l’ordre, l’ordre, l’ordre » martelée au sortir des révoltes pour Nahel, qui a conduit à l’interdiction du port de l’abaya à l’école, Emmanuel Macron a promis lors de ses vœux un « réarmement civique » pour la nouvelle année.

Derrière l’objectif affiché de « faire des républicains » et d’endiguer « l’effondrement de la civilité », l’auto-proclamé « Président des Jeunes » adresse une menace à peine voilée à l’endroit de la jeunesse. Il faut dire que la politisation de cette dernière se fond mal avec l’ambition autoritaire du macronisme : protagonistes quasi-systématique des mobilisations de ces dernières années, seul 20% des moins de 25 ans ont voté pour lui en 2022. Dans le contexte réactionnaire actuel, en dépit de la répression et de la rhétorique pour diviser les classes populaires, ce sont les jeunes qui soutiennent le plus le peuple palestinien, contestent le plus la Loi immigration, et fustigent le caractère antidémocratique des institutions.

Pour les ramener dans le droit chemin des « valeurs de la République », le chef de l’État a donc nommé Gabriel Attal comme Premier Ministre. Le plus jeune à ce poste de toute l’histoire de la V° République, architecte du SNU, de l’interdiction du port de l’abaya et de l’expérimentation de l’uniforme à l’école, sera accompagné de Prisca Thévenot comme porte-parole du gouvernement et Amélie Oudéa-Castéra comme ministre de l’Éducation Nationale et des JO. Deux proches de Macron ayant déjà une certaine expérience dans le domaine puisque la première était chargée ces derniers mois d’envisager la généralisation du SNU et que la seconde a mis en place l’expulsion de milliers d’étudiants de leur logement Crous pour l’été 2024. Un scandale en pleine crise du logement, accompagné d’appels à la « mobilisation » des étudiants pour des jobs payés au lance-pierre pendant les Jeux.

Des premiers« efforts » demandés aux jeunes par la ministre des Sports qui pourraient franchir un cap supplémentaire avec le nouveau gouvernement Attal, cette fois pour répondre aux préoccupations de l’exécutif dans une situation internationale marquée par des guerres en Ukraine ou à Gaza, des turbulences géopolitiques, et des perspectives de destabilisation dans de nombreuses régions. Après avoir porté une nouvelle Loi de programmation militaire d’envergure inédite en vue « de se préparer au retour des conflits de haute intensité », le ministre des armées plaide pour un renforcement du SNU afin de faire naitre des vocations militaires chez les moins de 18 ans. Une politique non sans lien avec le rapport de la mission pour la résilience nationale rendu à l’automne 2022, préconisant d’augmenter « la mobilisation des effectifs susceptibles d’intervenir en première ligne en cas de crise grave ». De quoi consacrer une « phase préparatoire à un réarmement militaire et à une mobilisation nationale de la jeunesse » résume dans les colonnes de Reporterre le chercheur au CNRS Thierry Ribault.

Un enjeu stratégique pour l’impérialisme français qu’il sera néanmoins périlleux d’honorer : jusqu’ici, le gouvernement a échoué à aller au bout de ses nombreuses tentatives de généralisation du SNU, trop inquiet d’une mobilisation lycéenne dans un climat social déjà éruptif. Dans ce cadre, l’instauration de l’uniforme dans le secondaire devrait faire office de crash test, le gouvernement espérant cette fois compter sur le soutien de la droite traditionnelle, après les difficultés rencontrées au temps de Blanquer avec les polémiques sur les « tenues républicaines » et les crop-tops.

En dépit de cette tentative impuissante d’endiguer l’isolement en visant toujours plus à droite, à force de vouloir remettre de force les jeunes sur le droit chemin, le gouvernement pourrait bien prendre un sévère retour de bâton en encourageant la sécession de toute une génération. Car les réformes sécuritaires comme la rhétorique réactionnaire participent à dévoiler le caractère profondément autoritaire du régime, sans répondre aux aspirations d’une jeunesse en rupture avec l’avenir de crises que lui est promis. Une réalité qui avait déjà valu une mobilisation étudiante « Ni Le Pen, Ni Macron » pendant l’entre-deux tours de 2022 et qui s’est confirmée pendant la réforme des retraites, les révoltes pour Nahel, la Palestine et désormais la mobilisation contre la Loi Darmanin. Faire de cette sécession une lutte contre le régime de la Ve République et les intérêts capitalistes qu’elle défend, telle est la perspective que nous défendrons avec Le Poing Levé pour 2024.


Facebook Twitter
« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d'assommer la jeunesse de mesures répressives

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d’assommer la jeunesse de mesures répressives

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

L'Oréal, un soutien d'Israël et de la colonisation partenaire de l'Université Paris-Cité

L’Oréal, un soutien d’Israël et de la colonisation partenaire de l’Université Paris-Cité

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel


Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J'ai l'impression de gâcher ma vie »

Pression, perte de sens, isolement… des lycéens témoignent : « J’ai l’impression de gâcher ma vie »

« On refuse leur politique autoritaire » : plusieurs centaines de lycéens mobilisés ce jeudi

« On refuse leur politique autoritaire » : plusieurs centaines de lycéens mobilisés ce jeudi