^

Du Pain et des Roses

Violences sexistes et sexuelles

Sciences Po. Face à la répression de militantes féministes, soyons nombreux en soutien le 28 mars

Au lendemain du 8 mars, des étudiantes sont menacées par la direction de Science po Toulouse d'un procès pour diffamation et trouble à l'ordre public, pour avoir repris sur leurs pancartes les mots d'ordres du mouvement #Scienceporc. Face à cette attaque d'ampleur, a été décidé en AG d'organiser un rassemblement de soutien lundi 28 mars à 11h30 devant l'IEP de Toulouse.

vendredi 25 mars

Nous relayons le communiqué rédigé par les étudiant.e.s réuni.e.s en assemblée générale mardi soir.

"Au lendemain du 8 mars, la direction de Science Po Toulouse a convoqué plusieurs associations militantes et menacé l’association Les Sans Culottes de procès pour diffamation. Cette menace s’expliquait par la décision d’étudiant.e.s, au cours d’un atelier pancarte, de reprendre les mots d’ordre du mouvement #Scienceporc "Direction complice, direction coupable", "À l’IEP on cultive le viol". D’autres associations sont concernées par ces convocations, Révolte Décoloniale et IEProud.

Ces pancartes ayant été écrites le 8 mars à la suite d’une AG rassemblant de nombreux étudiants, nous comprenons ces menaces comme un message politique clair : c’est aux directions universitaires de décider quelle contestation est légitime ou non. Ces menaces de procès marqueraient un précédent : à chaque pancarte ou message qui ne plairait pas à la direction, celle-ci pourrait agiter les poursuites judiciaires ou des convocations sous forme d’interrogatoire. Une Assemblée générale de près de 120 étudiant.e.s est venue répondre avec force à ces menaces, afin de refuser toute tentative de musellement de la contestation politique au sein de l’IEP. Nous avons largement revendiqué le soutien porté aux enseignant.e.s et BIATSS aujourd’hui tout autant concernés par les oppressions et la dégradation de leurs conditions de travail.

Dans une période marquée par un renforcement des discours réactionnaires contre les personnes racisées et les minorités de genre, les dissolutions par le gouvernement d’organisations politiques antifascites, de défense de la Palestine, ou encore du média Nantes Révoltée, la répression de groupes de collages féministes, le tout par un ministre de l’intérieur accusé de viol, cette attaque de la direction est une offensive contre les mouvements de lutte pour l’émancipation qui appelle une réponse large.

Cette AG a notamment décidé :
- La revendication de l’exclusion de Marie-France Baylet, présidente du groupe La dépêche, en tant que personnalité extérieure au sein du CA
- Nous demandons à la direction de s’engager publiquement à ne pas porter plainte contre les Sans Culottes et à abandonner les menaces à l’encontre des 3 associations
- L’organisation d’un rassemblement ce 28 mars, 11h30, devant Science po Toulouse appelant l’ensemble des étudiant.e.s, BIATSS et enseignants et des organisations féministes, antiracistes, LGBTIQA+ et politiques locales à se joindre à nous pour donner un message clair à la direction : Ni procès ni sanctions aux organisations politiques qui luttent contre les oppressions !"



Mots-clés

Etudiants    /    violences sexistes   /    8 Mars   /    Sciences Po   /    #MeToo   /    Violences faites aux femmes   /    Répression   /    Du Pain et des Roses