^

Politique

Offensive anti-démocratique

Sécurité globale : la loi liberticide et répressive définitivement adoptée

Les députés de droite et d'extrême-droite ont voté la dernière version de la loi Sécurité Globale ce jeudi, à l'assemblée nationale. Une loi sécuritaire et liberticide qu'il est toujours aussi indispensable de combattre.

jeudi 15 avril

Crédit photo : O Phil des Contrastes

Après une adoption en première lecture au Sénat, non sans certains amendements qui élargissent encore les privilège des forces de répression et l’impunité policière, le projet de loi Sécurité Globale revenait ce jeudi à l’Assemblée nationale pour son adoption définitive. Sans surprise, sur la centaine de députés présents, la majorité LREM et le reste de la droite ont voté pour ce texte, entérinant cette attaque d’ampleur contre nos libertés.

Depuis la première rédaction de la loi, l’article 24 qui se trouve au cœur des critiques et des controverses a été réécrit, sur la forme seulement, sur le fond par contre il continue à empêcher la diffusion d’images de policiers en exercice et la la mention à la liberté de la presse a été supprimée.

Mais outre cet article 24, qui promet une véritable impunité aux forces de répression, laissant toute latitude pour réprimer dans les quartiers populaires et les manifestations, c’est l’ensemble de la loi qui est à combattre. Sur 70 articles, la loi Sécurité Globale facilitera notamment l’usage de drones, de caméras embarquées et de logiciels de reconnaissance faciale dans les mouvements sociaux. Elle constitue également un véritable cadeau pour les policiers, qui pourront voir leur pension de retraite augmenter à l’heure où le reste de la population subit les conséquences d’une crise économique d’ampleur. Elle étend également le port d’armes pour les forces de répression.

A l’instar de la loi Séparatisme récemment votée dans les mêmes instances, la loi Sécurité Globale traduit la volonté du gouvernement d’élargir son arsenal répressif et l’impunité policière, dans un contexte où la gestion désastreuse de la crise sanitaire et ses conséquences économiques génèrent une colère profonde au sein de la population. En d’autres termes, cette loi anticipe les mobilisations et les révoltes contre une politique criminelle, qui ne sauront tarder.

Rappelons également que ce projet de loi avait engendré une mobilisation massive en novembre dernier, qui s’était traduite par des manifestations massives dans tout le pays, contre le racisme d’État et les violences policières. Des centaines de milliers de manifestants, pour la plupart très jeunes, exigeaient alors le retrait total de ces lois liberticides et sécuritaires.

Les vote à l’assemblée nationale et au Sénat, il y a quelques semaines, entérinent une nouvelle attaque liberticide et sécuritaire de ce gouvernement et alors que dans les semaines précédentes la plupart des députés de gauche s’abstenaient face à l’adoption de la loi Séparatisme, refusant de fait de mener le combat contre cette offensive islamophobe du gouvernement, ils nous ont prouvé une nouvelle fois qu’il n’y a rien à attendre de ces institutions quand il s’agit de défendre nos droits et nos libertés. C’est dans la rue qu’il s’agit aujourd’hui de combattre l’ensemble de ces lois répressives et racistes !




Mots-clés

Loi sécurité globale   /    Répression policière   /    Assemblée Nationale    /    Répression   /    Politique