^

Jeunesse

#Payetonconfinement

Témoignage. « Je me suis retrouvé au chômage après les annonces d’Edouard Philippe »

Nous publions le témoignage d'un étudiant étranger précaire, qui a perdu son emploi avec la crise sanitaire, la fermeture des bars et restaurant, sans aucune garantie pour l'avenir.

mardi 17 mars

Étudiant étranger en première année à l’université de Paris 8, je suis arrivé en France en septembre dernier. Tout seul dans une ville comme Paris, j’avais besoin de travailler pour pouvoir subvenir à mes besoins et payer mon loyer. Comme la plupart des jeunes étrangers précaires, j’ai dû chercher un travail au black, étant donné que la préfecture a tardé pour me délivrer mon titre de séjour. Nous, les étudiants algériens, on ne peut travailler qu’avec une autorisation de travail et on n’a le droit qu’à 18h de travail par semaine alors qu’on a des loyers à 400 euros et qu’on n’a pas le droit à une bourse comme les étudiants français. Difficile de s’en sortir avec si peu d’argent.

J’ai donc trouvé un travail au black dans un bar à Saint Denis où je travaillais 4h par jour après les cours - avec des heures supplémentaire non payées -. Alors que je galérais déjà pour subvenir à tous mes besoins même avec mon travail, après les annonces d’Édouard Philippe le bar a dû fermer et je me retrouve maintenant sans travail, à découvert et sans argent, ce qui veut dire bientôt sans logement. En cas de maladie, je ne pourrai même pas me soigner étant donné que je n’ai pas de sécurité sociale.

Comme d’habitude, ce sont toujours les mêmes jeunes précaires qui payent les pots cassés des politiques du gouvernement et la gestion catastrophique de la crise sanitaire. Alors que comme l’a affirmé Macron les grands patrons ne feront pas faillite, pour les jeunes précaires c’est des licenciements, des expulsions du CROUS, alors que la plupart sont dans la même situation que moi voire pire. Ce n’est pas nous les responsables, ce n’est pas à nous de payer !

Licencié ? Obligé de bosser ? Confronté au manque de moyens dans la santé ? Envoie-nous ton témoignage ! Si tu fais aussi face à ces situations, envoie-nous textes, vidéos, audios, photos pour raconter comment le coronavirus impacte ton travail et ton quotidien, par mail à [email protected]