^

Politique

La chaîne à Zemmour

Théoricien d’extrême-droite et inspirateur de crimes racistes : tapis rouge pour Renaud Camus sur CNEWS

Renaud Camus, écrivain d’extrême-droite notamment connu pour sa théorie complotiste du « grand remplacement », était l’invité spécial de CNews. Il a pu y cracher librement ses thèses ultra réactionnaires, qui ont alimenté l’imaginaire de nombreux terroristes d'extrême-droite, avant d'être reprises par Zemmour.

mercredi 3 novembre

Dans les médias dominants, les idéologies réactionnaires font loi à l’approche de la présidentielle 2022. La semaine dernière, CNews était la cible du hashtag #JaiBloqueCNews, accusé à juste titre par des dizaines de milliers d’internautes d’être le relais de l’extrême-droite, et d’avoir permis à Zemmour de monter dans les sondages, soutenu par le milliardaire et patron de la chaîne Bolloré, en y déversant quotidiennement sa haine raciste. Loin d’avoir appris la leçon, ce dimanche TV Bolloré a voulu offrir une tribune à l’écrivain réactionnaire Renaud Camus, connu pour sa théorie complotiste et xénophobe du «  grand remplacement  ».

Le théoricien du « grand remplacement »

Renaud Camus a ainsi rédigé près de 170 livres, fantasmant principalement sur une guerre migratoire à l’origine du terme «  grand remplacement  », pour caractériser «  l’invasion  » et condamné pour «  appel à la haine raciale  » et «  provocation à la violence contre les musulmans  ». Invité par Ivan Rioufol dans son émission «  Les points sur les i  », journaliste d’extrême-droite ayant forgé sa plume dans les pages du Figaro, l’écrivain était sur le plateau de CNews comme à la maison, à une heure de grande écoute.

Le journaliste n’a pas caché sa grande admiration pour le personnage, et ouvre l’émission en lui demandant à propos du terme de «  grand remplacement  » popularisé par Zemmour : «  M. Camus, comment un écrivain peut-il avoir une vision aussi claire depuis sa tour d’ivoire ?  ». Il assume même être un lecteur quotidien du blog de l’essayiste complotiste. Dès ce stade de l’émission, la théorie du «  grand remplacement  » pour laquelle il est interrogé, est considérée comme une vérité absolue et durant toute l’émission, les journalistes s’attèleront à appuyer les thèses racistes de l’écrivain. Ivan Rioufol a même souhaité réitérer son soutien à l’essayiste dans un tweet après l’émission, en invoquant la «  liberté d’expression  » pour laisser s’exprimer un maître à penser de l’extrême-droite condamné pour appel à la haine raciale :

D’ailleurs, se sachant soutenu par les journalistes, ce dernier n’a pas senti la nécessité d’argumenter ses théories sur l’«  invasion d’une population pour en remplacer une autre  », au-delà d’un simple «  il suffit d’avoir des yeux pour le constater  ». Accusant par la même les sciences sociales, «  la sociologie et la démographie  » d’être des «  pseudo-sciences qui volent le droit des français  » de se faire leur propre avis.

Suite à ces explications fortuites, Renaud Camus a eu le champ libre pour dérouler ses fantasmes xénophobes, en utilisant à répétition, comme l’a relevé le journal Quotidien, les termes de «  colonisation  » et de «  génocide par substitution  » pour qualifier l’immigration, dont le «  drapeau  » de cette colonisation serait le voile musulman :

Des propos particulièrement scandaleux, ouvertement raciste et islamophobe, qu’il développe dans ses livres depuis plus de 10 ans. Et qui ont notamment inspiré les délires de plusieurs suprémacistes blancs auteurs d’attentats terroristes, en particulier du terroriste Brendon Tarrant, qui a tué 49 musulmans dans une double attaque de mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande. Ce dernier, quelques heures avant d’ouvrir le feu, avait ainsi publié son propre manifeste, intitulé «  The Great Replacement  » (qui se traduit littéralement par «  Le Grand Remplacement  »), revendiquant donc explicitement les délires de Renaud Camus. À la suite de ces attentats, dans un tweet dont le compte qui l’a publié à l’origine a été suspendu depuis, Renaud Camus s’est contenté de dire qu’il estimait n’avoir aucune responsabilité dans le passage à l’acte du terroriste.

Deux ans plus tôt, après l’attentat à la voiture bélier de manifestants néo-nazis à Charlottesville, qui a tué une jeune femme de 19 ans au sein d’une contre-manifestation et qui en a blessé des dizaines d’autres, l’écrivain avait revendiqué son soutien au slogan utilisé par les auteurs de l’attentat «  You will not replace us  », comme le rapporte le site d’information Slate : «  Le slogan “Nous refusons d’être remplacés” a toute ma sympathie. Et je pense que les Américains ont bien raison d’être inquiets de l’état de leur pays.  »

En France, sa thèse du «  grand remplacement  », est particulièrement reprise par Éric Zemmour, qui base l’utilise à outrance lors de ces meetings pour fonder la totalité de son programme politique. Et l’essayiste le lui rend bien. Après avoir suscité sur le plateau les passions de journalistes affolés lui demandant «  mais est-ce que vous avez des solutions pour endiguer ce Grand Remplacement ?  », Renaud Camus conclut en témoignant tout son soutien à Éric Zemmour qui «  est une source de grande espérance  » pour la présidentielle.




Mots-clés

Eric Zemmour   /    Vincent Bolloré   /    Extrême-droite   /    Politique