^

Politique

Violences policières

VIDEO. Police coloniale : un manifestant tabassé à terre en Guadeloupe

Dimanche des policiers ont tabassé un manifestant en Guadeloupe. Confronté au soulèvement populaire, l’État colonial répond par la matraque. Face à la répression, les organisations du mouvement ouvrier et de la jeunesse doivent apporter leur soutien au peuple guadeloupéen en lutte.

mardi 23 novembre

Comme le relate une vidéo publiée sur Twitter, dans la nuit de dimanche à lundi, des policiers ont brutalement tabassé un homme, dans le cadre des mobilisations en Guadeloupe. Cette scène d’une rare violence montre des policiers multiplier les coups, entrecoupés d’insultes, à l’encontre d’un jeune homme maintenu au sol.

Ces images sont une illustration des véritables chasse à l’homme auxquelles la police s’est livrée lors des dernières nuits, traquant les manifestants. Les violences policières contre les manifestants résultent de la stratégie du gouvernement pour réprimer le mouvement débuté il y a un peu plus d’une semaine contre l’autoritarisme sanitaire de Macron mais aussi contre la précarité et le chômage.

Entre le couvre-feu pour mater le mouvement, et l’envoi de corps de répressions spécialisées comme le GIGN et le RAID, le gouvernement met clairement en œuvre une gestion coloniale de la crise, en mettant en place des mesures d’exception qu’on imaginerait pas être appliquées en métropole. Pour justifier les mesures d’exception qui relèvent de la domination coloniale française en Guadeloupe, il tente de stigmatiser les manifestants en les qualifiant de « voyous », à l’instar du ministre des Outres-Mers Sébastien Lecornu. Face à la répression de l’Etat colonial, l’ensemble des organisations politiques et syndicales du mouvement ouvrier et de la jeunesse doivent apporter leur solidarité au peuple guadeloupéen en lutte.




Mots-clés

Révoltes   /    Antilles   /    Guadeloupe   /    Répression policière   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique