^

Monde

Irrationalité capitaliste

Vaccin Johnson & Johnson suspendu, campagne de vaccination retardée : à quand la levée des brevets !

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé d’arrêter temporairement l’utilisation du vaccin Johnson & Johnson après que ce sont déclarés des cas graves de caillots sanguins. Dans la foulée le laboratoire a annoncé retarder le déploiement du vaccin en Europe. A nouveau, c’est bien l’irrationalité capitaliste qui est en cause et la levée des brevets ainsi qu’une transparence totale est plus que jamais indispensable.

mardi 13 avril

Crédits photos : afp.com/Mark RALSTON

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé d’arrêter temporairement l’utilisation du vaccin Johnson & Johnson après que ce sont déclarés des cas graves de caillots sanguins. Dans la foulée le laboratoire a annoncé retarder le déploiement du vaccin en Europe. A nouveau, c’est bien l’irrationalité capitaliste qui est en cause et la levée des brevets ainsi qu’une transparence totale est plus que jamais indispensable.

La nouvelle n’est pas sans rappeler la polémique née de la suspension provisoire, dans plusieurs pays et notamment en France, du vaccin AstraZeneca. Mardi 13 avril, les autorités sanitaires américaines ont recommandé une « une pause » dans l’utilisation du vaccin élaboré par Johnson & Johnson, avant que l’entreprise américaine n’annonce la suspension du déploiement de son produit en Europe.

Ainsi la Food and Drug Administration (FDA), dont la mission est d’autoriser ou non la commercialisation des médicaments sur le sol américain, a communiqué être « en train d’enquêter sur six cas rapportés, aux Etats-Unis, de personnes ayant développé des cas sévères de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin » et recommandé une pause dans la commercialisation du vaccin.

Pour l’heure, les effets indésirables du vaccin semblent très rares. Sur près de 7 millions de doses administrées aux Etats-Unis, six cas ont été comptabilisés, dont un mortel. « Un cas s’est révélé mortel et un patient se trouve dans un état critique », a déclaré Peter Marks, de la FDA.

Cette suspension, intervient alors que l’Agence européenne des médicaments ( AEM) avait déjà annoncé la semaine dernière enquêter sur le vaccin Johnson & Johnson. La FDA avait alors affirmer ne pas avoir trouvé de lien de causalité entre la présence de caillots et l’injection du vaccin.

Quels impacts sur la campagne de vaccination aux Etats-Unis et en Europe ?

La maison Blanche, par l’intermédiaire, de Jeff Zients, le coordinateur de la lutte contre le Covid-19 pour la Maison Blanche, s’est voulu rassurante en affirmant que la campagne de vaccination ne serait pas impactée par cette annonce : « Le vaccin de Johnson & Johnson représente moins de 5 % des doses administrées aux Etats-Unis jusqu’à présent ».

Pour l’UE, qui attendait les premières doses à partir du 19 avril, 55 millions d’ici fin juin, et 200 millions au total, c’est un nouveau coup dur après les retards de livraisons d’AstraZeneca et une campagne vaccinale qui patine, d’autant plus que la durée de la suspension n’est pour l’heure pas connue. En France, le sérum du laboratoire américain était très attendu, d’autant plus qu’il comporte un avantage conséquent par rapport aux vaccins déjà sur le marché, puisqu’il ne nécessite qu’une seule et unique injection.

Pour une transparence totale et la levée des brevets

Si le fait objectif, est que les doutes autour du vaccin Johnson & Johnson sont réels et ne peuvent être occultés en fermant les yeux, il n’y a néanmoins pour l’instant aucune preuve sérieuse d’un danger majeur pour la santé.

Cette polémique prend directement ses sources dans la gestion irrationnelle de l’épidémie par les capitalistes. Et à l’image de ce qui s’est joué avec le vaccin AztraZeneca, le vaccin Johnson & Johnson s’il est rétabli en définitive, aura mauvaise presse, et le sentiment anti-vaccin pourrait se voir renforcé.
De ce point de vue, il est indispensable d’exiger une transparence totale, tant sur les procédés scientifiques, médicaux que productif sur la question des vaccins dans leur ensemble, et ce par le biais de commission indépendante de l’État, géré par les travailleurs de la santé et du pharmaceutique, pour permettre une gestion collective et non repressive des stratégies sanitaires. Une mesure qui nécessite la levée des brevets, mesure permettant de sortir de la logique de concurrence et de course aux profits à laquelle se livre les grands groupes pharmaceutiques, et qui ont conduit non seulement aux doutes actuels, mais également à des épisodes de pénuries de vaccin. Enfin il s’agit de revendiquer l’expropriation et la mise sous contrôle des travailleurs de l’ensemble de la branche, pour une politique sanitaire permettant la mise en commun des savoirs sur les vaccins.




Mots-clés

Vaccin   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Etats-Unis   /    Monde