^

Notre classe

Mouvement ouvrier

Victoire ! Les salariés de Neuhauser à Folschviller obtiennent embauches et passage aux 32h

Engagés dans un combat juridique contre leur entreprise qui voulait augmenter les cadences, les salariés ont réussi à imposer des embauches et une baisse du temps de travail. Une victoire importante qui doit servir d'exemple.

samedi 13 novembre

Fin septembre, la direction de l’établissement "Folschviller" de la boulangerie industrielle de Neuhauser cherchait à imposer une augmentation des cadences aux salariés pour faire face à "de nouveaux marchés".

Très concrètement, plutôt que d’embaucher, la direction comptait réduire drastiquement le temps accordé au ménage sur les lignes de montage : de 20h dans l’organisation antérieure, il passait à 9h dans son nouveau projet. Dans cette configuration, les lignes seraient arrêtées plus tard et produiraient plus longtemps ce qui obligerait les salariés à effectuer le ménage en un temps record. Un projet non seulement irréalisable mais particulièrement dangereux dans la mesure où les ouvriers sont amenés à manipuler des machines équipées d’outils qui peuvent blesser : rouleaux, pelles, lames.

Fermement opposés au projet, les salariés avaient assigné la direction devant le Tribunal judiciaire de Sarreguemines le 7 octobre 2021. Christian Porta, Secrétaire Général de l’UL CGT Moselle expliquait alors : "Juste après le mouvement de grève qui s’est étendu à 4 établissements de l’entreprise, la direction n’a rien trouvé de mieux à faire que de mettre des coups de pression aux salariés juste pour pouvoir produire plus. Pourtant, nous on a une proposition, celle d’embaucher des salariés et de passer aux 32h."

L’affaire a également été suivie par un journaliste de TV8 Moselle présent le jour de l’audience :

Une audience mouvementée, où la demi-douzaine de salariés présents aux côté de leurs avocates Maitre Savine Bernard et Maitre Elsa Marcel, ont pu s’exprimer face à la direction. Un récit très clair sur leurs conditions de travail difficiles porté par plusieurs d’entre eux a permis d’illustrer ce qu’avançait la CGT : il est impossible de nettoyer des lignes de production de la longueur d’un terrain de foot en quelques heures seulement. Pire, c’est même dangereux et le nombre d’accidents du travail sur ce secteur le confirme.

Le lendemain, le tribunal rendait une décision favorable aux salariés et exigeait que la direction suspende son projet d’augmentation des cadences :

Mais ce n’est pas tout : elle a définitivement abandonné son projet en adoptant les propositions initialement formulées par les salariés. Aussi, le site de Folshviller pourra compter avec 25 postes supplémentaires ! Les équipes tourneront donc en 5 x 8 et travailleront 32h payées 35h. Si cette organisation implique de travailler le week-end, ces journées difficiles seront compensées par des primes. En d’autres termes, les salariés qui travaillaient auparavant 37,5h par semaine travailleront dorénavant 32h avec un salaire supérieur. Tout cela permet également d’embaucher 25 salariés, dont plus de la moitié en CDI, dans un premier temps.

Pour l’instant, 2 lignes de production sont concernées immédiatement par ces conquêtes, une troisième le sera dans les prochains mois, avec une nouvelle dizaine d’emplois créé, et les salariés comptent bien se battre pour l’étendre à l’ensemble du site.

Au delà de cette victoire immédiate, le passage au 32h dans l’usine doit faire exemple à large échelle. Alors que le patronat et le gouvernement cherchent à faire payer la crise aux travailleurs en leur imposant de travailler toujours plus sans contre-partie, les salariés de Neuhauser démontrent qu’il existe bien une alternative : embaucher plus et diminuer le temps de travail sans baisse de salaire. Chacun ouvrier travaillera moins longtemps, avec des cadences moins difficiles à tenir tout en permettant à des travailleurs privés d’emploi de sortir de la précarité.

Un modèle à étendre sur toutes les lignes de production, puis sur les autres établissements Neuhauser et bien évidemment dans l’ensemble du monde du travail.




Mots-clés

Neuhauser   /    Grand Est   /    mouvement ouvrier   /    CGT   /    Notre classe