^

Du Pain et des Roses

#SoutienRozenn

18 000 signataires sur la pétition, soutien de Ruffin et Masiero : la campagne pour Rozenn prend de l’ampleur

Rozenn, étudiante et travailleuse syndiquée CGT à Chronodrive, est menacée de licenciement après avoir mené une lutte contre les violences sexistes et sexuelles subies dans son entreprise. Face à la répression, la solidarité commence à s’organiser : la pétition contre le licenciement de Rozenn a récolté plus de 18 000 signatures. François Ruffin et Corinne Masiero ont eux aussi apporté leur solidarité à la jeune syndicaliste !

vendredi 19 mars

Rozenn, étudiante et travailleuse syndiquée CGT à Chronodrive, (filiale d’Auchan), est mise à pied depuis le 6 mars (deux jours avant la journée internationale de lutte pour les droits des femmes), privée de salaire et menacée de licenciement.

Lundi 15 mars, lors de son entretien disciplinaire, la direction a annoncé comme motif officiel de sa mise à pied un tweet où Rozenn dénonce l’hypocrisie de l’entreprise sur les questions écologiques et notamment sur la question du gaspillage. En réalité, ce tweet n’est qu’un prétexte pour écarter Rozenn de l’entreprise suite au combat féministe qu’elle mène en son sein : sur le magasin Chronodrive de Basso Cambo à Toulouse, elle a aidé des salariées victimes de harcèlement moral et sexuel et s’est organisée avec plusieurs femmes de l’entreprise pour briser la banalisation du climat sexiste, totalement admis par la direction du magasin. Face au courage des travailleuses qui ont osé relever la tête et se battre, la politique d’Auchan-Chronodrive a été simple : « soumission ou démission », qui ose contester le régime patronale est vite réprimé.

Cependant, de même que l’équipe syndicale CGT Chronodrive ne s’est pas résignée face à l’omerta régnant et à la précarité imposée par le groupe, elle a aussi décidé se battre contre la répression de la direction. Quelques jours après la mise à pied de Rozenn, le syndicat a lancé une campagne de soutien pour s’opposer au licenciement de la jeune syndicaliste et exiger le retrait de toutes les sanctions.

Comme l’avait démontré la lutte féministe au sein de l’entreprise, le patronat est fort quand on est seul, mais quand on s’organise et qu’on se bat ensemble, il est obligé de reculer : voilà l’enseignement que la direction de Chronodrive-Auchan voudrait que ses salariés oublient. La mise à pied de Rozenn et les menaces de licenciement ne sont qu’un avertissement à l’ensemble des salarié·es. Soutenir Rozenn, élargir la campagne contre son licenciement et se donner le moyens de faire reculer la direction, c’est envoyer un message aux salarié·s de Chronodrive et au-delà : il est possible de se battre et de gagner contre le patronat et les violences sexistes et sexuelles qu’il cautionne.

Si les médias comme France 3, Capital, Rapport de Forces, 20 Minutes, La Depêche et bien sûr Révolution Permanante se sont faits rapidement écho de ce cas de répression patronale, la pétition lancée par la CGT Chronodrive a rencontré un énorme succès : en trois jours seulement, la pétition a récolté plus de 17 000 signatures, parmi lesquelles figurent des personnalités telles que Françoise Vergès, Mona Chollet ou Manuel Bompard, et beaucoup d’organisations syndicales (CGT Auchan, CFDT AAA…) féministes (Collectif McDroits, Collages feministes 31…) et politiques (LFI 31). Cela témoigne de la colère que suscite ce cas où, dans un contexte de précarité croissante parmi les jeunes et peu avant le 8 mars, la direction décide de priver de salaire une jeune syndicaliste de 19 ans. Le discours du groupe Auchan-Chronodrive, qui dit être engagé avec les valeurs féministes et contre la précarité, apparait soudainement comme une simple opération de marketing cachant des pratiques détestables.

La campagne de soutien à Rozenn ne s’est pas arrêtée là. Des preuves de solidarité sont venues de personnalités politiques, comme François Ruffin ou encore Corinne Masiero qui a participé, parmi beaucoup d’autres, à la campagne de photos de soutien. Les grévistes de l’Infrapôle Paris Nord avec Anasse Kazib (SUD Rail) ont eux aussi envoyé une vidéo de soutien.

Merci à Corinne Masiero Officielle pour son soutien !

Elle fait aussi face au patriarcat et le mépris de classe après sa...

Publiée par CGT Chronodrive sur Jeudi 18 mars 2021

Un grand merci à Anasse Kazib (SUD Rail), Ahmed Berrahal (CGT RATP Bus) et aux camarades grévistes de l'Infrapole Paris...

Publiée par CGT Chronodrive sur Vendredi 19 mars 2021

#soutienrozenn ✊💜

L’actrice Corinne Masiero, Anasse Kazib, les travailleurs de la RATP, les raffineurs, la CGT...

Publiée par Du Pain Et Des Roses sur Jeudi 18 mars 2021

L’ampleur de la campagne commence à libérer la parole de travailleuses et d’ex-travailleuses de Chronodrive-Auchan, mais aussi celle de clients qui ont été témoins de cas de violences sexistes et sexuelles. L’organisation féministe Du Pain et des Roses, a aussi lancé dans cette objectif une campagne de témoignages derrère les hashtags #SoutienRozenn et #TuNesPasSeule, afin de publier et compiler ces récits.

Participer à la campagne, signer la pétition et continuer à faire connaitre ce cas de répression syndicale est essentiel pour faire plier la direction et donner de la force à l’ensemble de travailleurs de Chronodrive et au-delà.

Le syndicat CGT Chronodrive appelle à la grève ce samedi 27 mars à 15h et appelle aussi tous les soutiens à se rassembler devant le Chronodrive de Basso Cambo Toulouse.




Mots-clés

#SoutienRozenn   /    Chronodrive   /    répression syndicale   /    patriarcat   /    François Ruffin   /    Auchan   /    Féminisme    /    harcèlement sexuel   /    Licenciement(s)   /    Précarité   /    Répression   /    Du Pain et des Roses