^

Notre classe

Sous traitant d'Airbus

Aéronautique. Trois ans après leur victoire, les ouvriers d’Onet en grève à Toulouse

Juin 2017, les ouvriers du sous-traitant aéronautique Onet faisaient plier le géant du nettoyage. Trois ans après, les revoilà en grève, pour un meilleur taux horaire pour tous et contre le licenciement d'une salariée.

jeudi 8 octobre

Trois ans après leur grève victorieuse et exemplaire, les salariés toulousains du sous-traitant aéronautique Onet remettent le couvert ! Ce 8 octobre, dès 6h,les grévistes se sont rassemblés devant le site Louis Breguet d’Airbus, à Colomiers, à l’appel de Sud Nettoyage, syndicat constitué après la grève de 2017 et très largement majoritaire dans le collège ouvrier.

Les revendications des grévistes sont multiples : Un taux horaires à 11.6€ pour toutes et tous, une prime Covid de 150€ et une prime produits dangeureux de 50€ pour toutes et tous, l’arrêt de la procédure de licenciement et le reclassement d’une salariée et le paiement des jours de grèves. Selon nos informations, le mouvement est largement suivi. Avec cette mobilisation des travailleurs du nettoyage industriel, les chaînes de montage de l’A320 et de l’A330 sont particulièrement impactées. Entre les grévistes et le chômage partiel, c’est autour de 90% de la production qui est à l’arrêt.

Déterminés, les grévistes entendent aller jusqu’au bout pour obtenir gain de causes. Sous pression, la direction a proposé une négociation immédiate, qui a commencé à 10h. Actuellement, l’ensemble des grévistes sont rassemblés devant l’agence où se tiennent les négociations. Les propositions de la direction seront ensuite soumises aux grévistes, qui décideront collectivement des suites du mouvement.




Mots-clés

Secteur du nettoyage   /    Onet   /    Airbus   /    Aéronautique   /    Toulouse   /    Notre classe