^

Politique

Offensive sécuritaire

Amende de 135 euros pour les guetteurs. Darmanin en marche pour réprimer les quartiers populaires

Ce lundi, Gérald Darmanin a annoncé sur France Bleu Provence l’instauration d’une amende de 135 euros pour les guetteurs, c’est-à-dire ceux qui doivent alerter les dealers de l’arrivée de la police. Une déclaration qui s’inscrit dans la « guerre contre la drogue » menée par le gouvernement, qui n’est en réalité qu’un prétexte pour réprimer les quartiers populaires.

lundi 24 mai

Crédits photo : AFP

Gérald Darmanin a annoncé ce lundi sur France Bleu Provence l’instauration d’une amende de 135 euros à partir du mois d’octobre pour les guetteurs, c’est-à-dire ceux qui doivent alerter les dealers de l’arrivée de la police. Selon le ministre de l’Intérieur, « les policiers auront la possibilité de mettre une amende (...) pour une personne qui occupe un hall d’immeuble. » Ce motif très vague permettra en réalité de verbaliser à peu près n’importe quel habitant des quartiers populaires qui se trouvera dans un hall d’immeuble. Pour justifier ces amendes, qui seront par ailleurs « à la main du policier », ce dernier pourra s’appuyer sur les caméras de vidéosurveillance et les caméras-piétons qui vont être mises à disposition des forces de répression dès le mois de juillet en vertu de la Loi Sécurité Globale.

Cette nouvelle mesure sécuritaire vient s’inscrire dans l’offensive réactionnaire globale du gouvernement depuis l’assassinat de Samuel Paty, qu’il s’est empressé d’instrumentaliser. Cette offensive sécuritaire, allant de la Loi sécurité Globale à la Loi Séparatisme en passant par l’annonce du renforcement des effectifs policiers et de la mise en place d’une « école de guerres » lors du discours de Macron à Montpellier, s’est accompagnée d’une prétendue guerre contre la drogue. En décembre dernier, Gérald Darmanin annonçait ainsi la création d’une plateforme de la police nationale qui permettrait de dénoncer anonymement les points de deal. En réalité, cette prétendue guerre contre la drogue permet de justifier la répression dans les quartiers populaires.

Face à ces attaques, il demeure essentiel de construire le rapport de forces dans la rue, pour exiger le retrait de toutes les lois liberticides, réactionnaires et racistes.




Mots-clés

Répression policière   /    Police   /    Quartiers populaires   /    Gérald Darmanin   /    Répression   /    Politique