^

Politique

La droite en lambeau

Après le départ de Pécresse, vers la désintégration des Républicains ?

Après la démission de Wauquiez, Valérie Pécresse a annoncé son départ des Républicains. Alors que une série d'élus devraient eux aussi mettre les voiles, une question se pose : Assiste t-on à la désintégration du parti historique de la droite française ?

jeudi 6 juin

Crédit photo : Jacques Demarthon / AFP

La crise est plus que jamais ouverte chez Les Républicains (LR). Alors que nombres d’observateurs politiques estimaient que le désastre de la campagne Fillon à la présidentielle de 2017 n’était qu’une crise passagère, minimisant l’effondrement du bipartisme français, le parti de la droite traditionnelle ne cesse d’approfondir sa crise.

Après le relatif échec aux législatives, les tourments internes après l’élection de Wauquiez à la tête du parti, le fiasco des élections européennes où la liste LR n’a obtenu qu’un peu plus de 8% des voix a fait exploser la cocotte minute. À tel point que Wauquiez a dû annoncer sa démission, ouvrant la boite de Pandore et initiant une nouvelle série de départs. A ce titre, la démission en grande pompe de Valérie Pécresse, opposante de la première heure de Wauquiez et figure emblématique de LR, est symptomatique de l’ampleur de la crise que traverse le parti historique de la droite française.

Les Républicains siphonné par LREM et le RN ? Une tendance à l’éclatement en « micro parti » ?

Pris en étau entre La République En Marche (LREM) sur sa « gauche » et le Rassemblement National (RN) sur sa droite, la liste LR menée par Bellamy a littéralement été siphonnée aux élections européennes. La volatilité de l’électorat de droite est en ce sens particulièrement frappante, et bon nombre des électeurs LR ont porté leur choix soit vers la liste de Jordan Bardella, soit de Nathalie Loiseau.

Alors que le bipartisme LR/PS a gouverné durant près de quatre décennies, c’est un nouveau tandem LREM/RN qui a émergé à la présidentielle de 2017, avec une forme de confirmation à ces élections européennes. Cette « nouvelle bipolarisation » reste pour l’heure fragile, laissant ouvert le processus de recomposition politique dans un contexte d’instabilité qui est plus que jamais d’actualité.

Dans ce contexte, tout les scénarios restent ouverts. L’aile la plus droitière de LR pourrait être ainsi tenté de mettre le cap encore plus à droite, en rejoignant le RN. L’aile centriste, de son côté, n’est pas insensible aux sirènes du macronisme, et pourrait être pour le parti présidentiel un atout pour s’enraciner politiquement sur l’ensemble du territoire. Enfin, et c’est l’hypothèse envisagée par Valérie Pécresse avec son mouvement Libre, le scénario de voir émerger une série de petites forces à droite, œuvrant en dehors de LR à un rassemblement de la droite et du centre, n’est pas à exclure.

Au final, le scénario qui semble être le moins probable à l’heure actuelle, c’est celui d’une reconstruction de LR en tant que pôle d’opposition principal à Macron sur la droite, permettant d’envisager la perspective d’une victoire aux présidentielles de 2022.

Les municipales de 2020 comme ultime possibilité de rebond ?

Difficile donc de tirer des conclusions sur la situation actuelle à droite et d’aller plus loin que la formulation d’hypothèses sur cette recomposition, qui aura un impact sur l’ensemble de l’échiquier politique français. Ce qui est sûr, concernant LR, c’est que les élections municipales constituent une échéance cruciale.

De l’enracinement du RN aux scores de LREM en passant par les tentatives de recompositions de la droite traditionnelle : voilà qui n’offre aucune option progressiste pour les travailleurs, les classes populaires et la jeunesse. Un contexte faisant ressortir la nécessité de l’émergence d’une alternative politique de classe, internationaliste et révolutionnaire, permettant de renverser la table et envoyer dans les poubelles de l’histoire l’ensemble de ces forces politiques et le système politique et économique qu’elles défendent.




Mots-clés

RN   /    élections européennes   /    Valérie Pécresse   /    LREM   /    Les Républicains   /    Politique