^

Politique

État policier

Argent magique pour les flics : Darmanin offre 26 voitures de sport à la gendarmerie

La gendarmerie nationale vient tout juste de recevoir le nouveau cadeau du ministère de l’Intérieur : 26 voitures de sport Alpine 110, pour un coût estimé à plus d’un million et demi d’euros au total. Une dépense qui s’inscrit dans l’augmentation du budget du ministère de l’Intérieur pour 2022 dans un contexte d’offensive sécuritaire du gouvernement.

lundi 20 décembre 2021

Crédits photo : JULIEN DE ROSA / AFP

Posant fièrement sur le parvis de l’Élysée, le ministre de l’Intérieur Darmanin annonce ainsi sur son tweeter la nouvelle commande de 26 voitures de sport Alpine 110 pour la gendarmerie nationale. Si le coût de cette commande n’a pas été évoqué par le ministère de l’Intérieur, le site du constructeur nous montre que le prix de base sur le marché d’une telle voiture s’élève à 59 500 €, ce qui conduirait à un coût total de plus d’un million et demi d’euros.

Cette commande s’ancre dans un contexte où le gouvernement fait tout pour dorloter son bras armé : que ce soit la commande de LBD multi-coup durant la révolte des Gilets Jaunes, la commande en mars dernier de près de 170 000 munitions de LBD, ou encore les mesures du « Beauvau de la sécurité » tels que l’objectif de doubler le nombre de policiers et de gendarmes sur le terrain en 10 ans et le déploiement de nouvelles caméras piétons dans chaque voiture de patrouille.

Également, en plus de cet arsenal répressif, la récente commande de 90 blindées pour la gendarmerie nationale, qui seront livrés en 2022 et qui coûteraient à l’État 56 millions. Cet arsenal répressif, qui ne cesse de s’étoffer d’année en année, se lit bien dans la communication du gouvernement, dont le budget alloué au ministère de l’Intérieur sera augmenté de 1.485 milliards en 2022.

Dans cette situation de crise économique, politique, sociale et sanitaire, le gouvernement veille toujours à la préservation de ses intérêts et trouve « l’argent magique » pour garantir toujours plus de répression. Alors que les soignants manifestaient à Paris le 4 décembre dénonçant un manque de moyens important dans la santé, ce en pleine pandémie, la priorité du gouvernement paraît clair : dorloter la police, et s’assurer ainsi les moyens de réprimer toute future contestation.




Mots-clés

Répression policière   /    Police   /    Gérald Darmanin   /    Politique