^

Monde

Colonialisme

À Silwan, les palestiniens forcés de démolir leur propre maison : à bas l’État colonial israélien !

Après la démolition d'une centaine de maisons en 2020, l'Etat d'Israël poursuit la colonisation de Jérusalem avec son lot de cruauté quotidienne. Dans le quartier de Silwan, une décision de justice contraint les habitants à choisir entre détruire eux-même leur propre maison ou payer 28.000 $ pour la faire démolir.

vendredi 11 juin

Crédits photo : Ammar Awad/Reuters

Dans la continuité de ce qu’ont connu les habitants du quartier de Sheikh Jarrah en se faisant expulsés de leur domicile au mois de mais, les palestiniens de Silwan, un quartier situé au pied de l’esplanade des Mosquées, se retrouvent face à une demande une décision à l’image de la cruauté coloniale et raciste de l’Etat israélien : démolir d’eux-mêmes leurs maisons dans un délais de 21 jours ou payer 28.000 $ à l’Etat pour chaque maison afin de les faire détruire. La grande majorité des familles palestiniennes concernées par cette décision se retrouvent donc contraintes de démolir leurs maisons, n’ayant pas les moyens de choisir la seconde option.

Selon L’Humanité, les forces d’occupation israéliennes envisagent de détruire à très court terme 88 bâtiments habités par 114 familles, et ainsi, de récupérer 70% des terres de Silwan afin de construire un parc biblique à l’endroit où se trouvait présumément les jardins du roi David. C’est pour cette raison que les habitants du quartier ont reçu un avis de démolition, comme en témoigne Fakhri Abu Diab interrogé par RFI : "lls ne l’ont même pas glissé dans la boîte aux lettres. Ils ont cassé la vitre de la porte pour le déposer à l’intérieur. Ici, tout le quartier est menacé de démolition. [...] La mairie prétend que ces maisons ont été construites sans permis. Mais la vérité c’est que la plupart de ces maisons ont été construites bien avant l’occupation israélienne. Nous n’avions pas besoin de permis à l’époque".

Après l’annonce de cette décision du tribunal israélien, les habitants de Silwan accompagnés de ceux de Sheikh Jarrah, soit des centaines de jeunes, des familles et des enfants, ont manifesté le 4 juin dernier en courant un marathon entre les deux quartiers pour dénoncer la politique criminelle de l’Etat sioniste. Une manifestation a également eu lieu devant le palais de justice de Silwan, pendant laquelle deux jeunes de 16 ans, Sultan Surhan et Qutaiba Odeh, se sont faites arrêtées selon le site Nouvelles du monde.

Lors de ces mobilisations, la police a rapidement réprimé à coups de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes, et a arrêté trois autres manifestants. Cette même répression a fait surgir sur twitter une vague d’indignations, avec l’émergence du #FreeSilwan, rappelant le #FreeSheikhJarrah, tweeté massivement partout dans le monde en guise de solidarité l’internationale pour dénoncer les actions de l’Etat colonisateur d’Israël et en soutien à la lutte du peuple palestinien.

À rebours de l’image progressiste qu’il essaye de vendre à l’international en se prétendant "seule démocratie du Moyen-Orient", l’Etat d’Israël maintient un régime colonial d’apartheid dont souffre le peuple palestinien, avec la complicité indéfectible des puissances impérialistes telles que la France ou les Etats-Unis.




Mots-clés

colonisation   /    Impérialisme   /    Israël   /    Palestine   /    Répression   /    Monde