^

Monde

Néo-colonialisme

Au Cameroun, des « militants » payés par le pouvoir pour faire un triomphe à Macron

Macron a commencé sa tournée africaine au Cameroun, où des « militants » de la majorité présidentielle ont été payés pour accueillir le président. Une scène de liesse qui cache mal la crise de l’impérialisme français et son impopularité grandissante.

mercredi 27 juillet

Ce lundi, le président français a commencé sa tournée africaine par la visite du Cameroun accueilli en grande pompe par des scènes de liesses. Pourtant derrière ces images, la réalité est bien moins reluisante. En effet, le parti présidentiel du dictateur Paul Biya, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), aurait débloqué plus de 10 millions de francs CFA afin de payer les « militants » (principalement des étudiants des universités de Yaoundé) du parti pour accueillir Macron. Ainsi, chaque « militant » a reçu environ 1500 francs CFA (environ 2,29€) soit une dépense totale, selon une note du trésorier du parti de plus de 10 500 000 francs CFA. Au Cameroun, le salaire minimum mensuel est de 36.270 francs CFA (environ 55€).
 

 
Ces fonds ont été débloqués dans l’unique but de mobiliser massivement les sept sections du RDPC afin de cacher les difficultés de l’impérialisme français et son impopularité.
 
En effet, cette visite a pour but de repositionner l’impérialisme français qui, bien loin des scènes de liesse, est en profonde crise comme l’illustre le retrait désastreux des troupes de l’opération Barkhane au Mali, et les signes manifestes d’impopularité envers l’ancien maître colonial. Alors que de la Russie étend son influence dans des zones où la France à des positions, cette mise en scène révèle bien les faiblesses françaises qui fait face à une perte d’hégémonie importante dans la région.
 
Il faut dire que loin des liesses et des maquillages, l’impérialisme français ne sème qu’instabilité, misère, corruption et mort sur son chemin, en soutenant des autocrates, désormais des vieillards à l’image de Biya.
 
La mise en scène de l’accueil d’Emmanuel Macron, valait aussi un peu plus qu’un simple geste diplomatique. Alors que le Président français se rend en Afrique pour « marquer la Russie à la culotte », selon les mots d’un diplomate, les relations entre le régime camerounais et la Russie semblent s’être approfondies, après la rencontre entre le Ministre délégué à la Défense et Choïgou, le ministre de la Défense russe, en avril dernier pour la signature d’un accord. Un accueil aussi triomphal que faux est donc la moindre des choses pour accueillir le parrain de la dictature sanguinaire de Biya. Macron reste en effet malgré tout le principal soutien militaire du régime bien au-delà des quelques accords de coopération avec la Russie.

Pour nous soutenir, c’est par ici !



Mots-clés

Impérialisme   /    Cameroun   /    Françafrique   /    Monde