^

Monde

Berlin : répression des activistes qui bloquaient une manifestation raciste anti-migrants

Article écrit par Max Karlmann et traduit par Ingmar Dubois Une manifestation à l’appel d’un parti populiste de droite, « Alternative pour l’Allemagne » (AfD), a eu lieu samedi 7 novembre à Berlin. Une contremanifestation avec plus de 3000 personnes lui a fait face, en organisant un blocage qui a été réprimé par la police, avec un bilan de 40 arrestations ainsi que des blessés.

vendredi 13 novembre 2015

Dans la manifestation d’AfD il y avait de nombreux néonazis et islamophobes connus. C’est pour cela, que des milliers d’activistes de gauche et antifascistes se sont concentrés pour les bloquer et pour empêcher la tenue de cette manifestation droitière.
Un activiste de la Jeunesse Communiste Révolutionnaire a été arrêté. Un policier l’a frappé, alors qu’il était déjà à terre.

"Combien de policiers voteront pour l’AfD ?", c’est la question qui était posée ce samedi à Berlin.

À peu près 4000 adeptes de l’AfD ont marché de la mairie à la gare, protégés par plus de 1.100 policiers déployés pour l’occasion.

Sous la devise "l’asile a besoin des frontières. Carton rouge pour Merkel", les manifestants de droite ont protesté contre la politique d’asile du gouvernement allemand.

Le président de l’AfD dans l’État fédéral de Brandebourg, Alexandre Gauland, a comparé la migration actuelle à la chute de l’Empire Romain d’Occident, faisant référence aux invasions dénommées barbares - une analogie absurde et raciste.

Pendant le parcours, les manifestants ont affirmé que “la nation est la limite d’une démocratie saine ». La nation est en effet une limite, mais que ne profite qu’à la bourgeoisie, limite qui sert à diviser les travailleurs et les opprimés.

Contre cette manifestation de droite, à peu près 1.500 manifestants se sont retrouvés à 11 heures du matin pour manifester en faveur des droits des réfugiés.

Depuis le point de rencontre ils ont marché ensemble vers la place où allait finir la manifestation de l’AfD.

Dans la manifestation en faveur des réfugiés, on a dénoncé le durcissement des lois d’asile, approuvé par le parlement allemand en octobre, et alerté sur le danger que représente l’AfD. Les syndicats et les partis politiques ont mobilisé quelques centaines de militants dans une manifestation parallèle.

A plusieurs reprises, tout au long de la journée, la police a aidé les manifestants de droite à arriver à destination, tout en frappant beaucoup de manifestants antifascistes.

Lorsque les antifascistes ont essayé de bloquer la marche raciste, c’est la police qui les a protégés avec acharnement.

Les activistes de gauche ont été frappés, attaqués au gaz lacrymogène et roués de coups alors qu’ils étaient au sol. Une chose est claire : les policiers étaient très motivés à les frapper.

Il en a été de même pour Günther, jeune travailleur de Siemens. Il se trouvait pacifiquement au début du défilé avec d’autres manifestants, lorsqu’un policier s’est approché et l’a frappé au visage.

Cet exemple démontre clairement, de quel côté de la barricade se trouve la police. C’est un instrument de l’état bourgeois qui a beaucoup de liens avec l’extrême droite.

Durant tout son trajet, la manifestation de l’AfD a été conspuée et bloquée par les manifestants antifascistes.

Sur la fin, quelques-uns ont lancé des œufs pourris vers le cortège de droite : Une métaphore appropriée à leur idéologie corrompue et droitière.




Mots-clés

Extrême-droite   /    Immigration   /    Répression   /    Monde