×

Santé

Bordeaux. La direction d’Elior renforce la répression, il faut soutenir les ASH grévistes !

À Bordeaux, la direction d’Elior service fait tout pour casser le mouvement de grève des agents de service hospitaliers. Déterminés à tenir et à continuer de construire l’élargissement de la grève, les ASH doivent être soutenus par l’ensemble du secteur de la santé.

Maïa Maros

27 octobre 2023

Facebook Twitter
Audio
Bordeaux. La direction d'Elior renforce la répression, il faut soutenir les ASH grévistes !

Crédits photo : Révolution Permanente

Mensonge et manipulation : la direction prête à tout pour casser la grève

Ce jeudi, une vingtaine de personnes se sont réunies à l’appel des ASH (agent de service hospitalier) en grève devant la Direction Générale des Hôpitaux. « On est là pour pointer la responsabilité de l’hôpital qui fait ces contrats avec des sociétés privées » : Après trois semaines de grève, les employés du sous-traitant Elior continuent de lutter pour de meilleures conditions de travail et une augmentation de leur salaire. Au cours des dernières semaines, le mouvement de grève s’est étendu dans tout le département.

Avec une assemblée générale inter-site au programme, le rassemblement de ce jeudi visait à répondre à la répression de la grève mise en place par la direction du groupe Elior, qui cherche à briser la dynamique de l’extension du mouvement. Une répression qui, ce jeudi, a malheureusement réussi à dissuader une partie des grévistes, qui ne sont pas retournés en grève.

En effet, après la mise à pied d’une gréviste ce mardi, les manœuvres et les intimidations quotidiennes des cadres d’Elior, qui ont redoublé depuis le début de la grève, ont pris une autre dimension ce jeudi, allant jusqu’à la manipulation. Pour cause, selon les grévistes et les responsables syndicaux présents au rassemblement, la direction d’Elior a fait en sorte que ce jeudi matin, une personne se fasse passer pour le délégué syndical CGT du site hospitalier Saint André, afin d’annoncer à l’ensemble des ASH que le syndicat ne soutient pas la grève.

Malheureusement pour la direction, le véritable délégué syndical était en vacances et a confirmé qu’il n’était pas présent ce jeudi matin à l’hôpital Saint-André. Cette manipulation odieuse a été dénoncée par Francesca, qui estime que l’objectif de la direction « est simplement de discréditer le mouvement auprès des ASH par tous les moyens ». Des pressions du RIS (Responsable Inter Site) ont également été signalées au CHU de Pellegrin jeudi matin.

Les intimidations se sont poursuivies lors du rassemblement, où deux responsables locales de la direction d’Elior sont venues provoquer les grévistes. Prétendant simplement vouloir « discuter », elles n’ont pas tardé à exprimer leur mépris envers les grévistes pour les discréditer : « Vos revendications sont totalement irréalistes, vous n’obtiendrez rien lors des négociations collectives ! » ; « Pourquoi avez-vous accepté de travailler chez nous si c’est si horrible ? ». Incapables même de donner le montant du salaire d’une ASH, elles ont été confrontées aux grévistes et aux personnes présentes au rassemblement, qui leur ont fait comprendre qu’elles n’étaient pas les bienvenues.

Tenir pour élargir la grève : il faut soutenir les ASH

La direction n’a de cesse d’user de méthodes anti-grève pour endiguer le mouvement et y mettre fin au plus vite possible. Ces méthodes, qui s’appuient sur le statut précaire des travailleurs et la quasi-absence de tradition syndicale dans ce secteur, sont inadmissibles. Il faut les dénoncer avec force et le plus largement possible. Il faut également pointer la complicité tacite du CHU de Bordeaux, client d’Elior qui exploite ses sites, et qui est au courant des conditions de travail imposées aux ASH et des agissements de la direction pour casser la grève. Interpellés par plusieurs sections syndicales du CHU de Bordeaux afin de discuter des conditions de travail des ASH sur les sites hospitaliers, la direction pas donnée de suite favorable à la demande de rendez-vous.

Néanmoins, malgré les coups reçus et le terrain repris par la direction ce jeudi, le noyau de grévistes est loin de se démobiliser. Au contraire, comme l’exprime Francesca après l’altercation avec la direction : « Plus on nous dit d’arrêter, plus on est convaincu de continuer, parce qu’il est hors de question qu’on reste dans ces conditions de travail ». Elle ajoute ensuite qu’il fallait s’attendre à ce que la direction cherche à tout faire pour les démotiver et empêcher qu’un mouvement prenne. Maintenant il s’agit de définir comment continuer et repartir de l’avant.

Dans ce sens, les discussions lors du rassemblement de jeudi ont permis aux grévistes et à leurs soutiens de fixer le cap pour repartir de l’avant : tenir face aux coups, regrouper les noyaux d’ASH les plus déterminés, répliquer aux manœuvres de la direction et remplir la caisse de grève pour mieux continuer le travail d’extension de la grève.

Face à la répression, les ASH ont besoin du soutien de l’ensemble du secteur de la santé. Indispensable pour des services de soins de qualité, la grève des ASH met en lumière la casse des services de santé, détruits à coup de privatisation, d’externalisation et de coupures budgétaires. Largement mobilisés ces dernières années, cette grève est une occasion à saisir pour l’ensemble du personnel hospitalier pour porter leurs revendications et dénoncer la casse de l’hôpital. Le conflit actuel des salariés d’Elior pourrait être un point d’appui important si les unions locales CGT et l’union départementale CGT mettaient toutes leurs forces pour mobiliser les autres sites hospitaliers à Bordeaux et dans les environs.

Pour les soutenir contribuez à la caisse de grève sur cotizup


Facebook Twitter
Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

Grève à la RATP : la colère grandit, quelle perspective pour massifier la mobilisation ?

Fusion de l'audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

Fusion de l’audiovisuel public : une grève massive contre le projet de Macron

4 grévistes de Rougier & Plé menacé·es de licenciement suite à leur mobilisation

4 grévistes de Rougier & Plé menacé·es de licenciement suite à leur mobilisation

Débrayages quotidiens, journées fortes : l'AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Débrayages quotidiens, journées fortes : l’AG des Neuhauser vote la grève en soutien à Christian Porta

Toulouse : la menace d'une privatisation sème le chaos dans un centre d'aide sociale à l'enfance

Toulouse : la menace d’une privatisation sème le chaos dans un centre d’aide sociale à l’enfance

Répression à l'usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

Répression à l’usine de Toray : le secrétaire fédéral de la FNIC-CGT menacé de licenciement

« L'impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l'acharnement d'InVivo

« L’impunité patronale doit cesser » : Sophie Binet soutient Christian Porta face à l’acharnement d’InVivo

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud'hommes

Acharnement : InVivo relance une procédure de licenciement après sa défaite aux Prud’hommes