^

Monde

Crise climatique

COP26. Accord Chine - Etats-Unis sur l’action climatique : un écran de fumée

La Chine et les Etats-Unis, les deux plus gros pollueurs de la planète, ont révélé une déclaration commune en cette fin de COP26. A l'image du sommet en entier, ce document ne propose rien de bien concret face à l'urgence de la situation climatique.

vendredi 12 novembre

Ce mercredi 10 novembre l’émissaire chinois pour le climat annonçait qu’une « déclaration conjointe sur le renforcement de l’action climatique » entre les deux pays qui émettent le plus de gaz à effet de serre de la planète, la Chine et les Etats-Unis verrait le jour. Alors que la COP 26 touche à sa fin avec un bilan aussi désastreux qu’hypocrite, la Chine et les Etats-Unis ont décidé de faire un gros coup de com’ en annonçant l’écriture d’une déclaration commune qui ne dit pas grand-chose à part que les deux pays travaillent à « une issue ambitieuse, équilibrée et inclusive sur l’atténuation (baisse des émissions), l’adaptation et le soutien » et à « prendre des mesures renforcées pour relever les ambitions pendant les années 2020 ». Une belle déclaration dont même la presse mainstream n’est pas dupe, 20 minutes écrivait ce mercredi : « Ce pacte bilatéral est léger en objectifs concrets et sa valeur est davantage politique… ».

En effet s’il est évident que la mascarade des différentes COP ne fonctionne plus pour toute une partie de la population comme nous avons pu le voir dans les nombreuses manifestations qui ont eu lieu à travers le monde pour dénoncer le greenwashing du sommet et exiger la justice climatique. Greta Thunberg a d’ailleurs déclaré lors de la manifestation à Glasgow : « Ce n’est un secret pour personne que la COP26 est un échec [...] beaucoup commencent à se demander ce qu’il faut faire pour que les gens au pouvoir se réveillent [...] Mais soyons clairs, ils sont déjà réveillés. Ils savent exactement ce qu’ils font [...] Il semble que leur principal objectif soit de continuer à lutter pour le statu quo. Il ne s’agit plus d’une conférence sur le climat, mais d’un festival de greenwashing des pays du Nord. Une célébration de deux semaines de "business as usual" et de "blabla" ». La COP 26 sert surtout pour les grandes puissances de défilé médiatique visant à renforcer la visibilité politique des différents gouvernements et leur image soi-disant écologique.

Dans le cas présent de la « déclaration conjointe sur le renforcement de l’action climatique » les deux grandes puissances livrées à une concurrence stratégique acharnée se donnent ici bonne figure en faisant mine de « se réconcilier » pour l’enjeu climatique. Ils donnent alors l’image sérieuse et consciente de deux pays qui travaillent « au-delà de leur guerre économique pour l’avenir de la Terre ». Le climat à ici bon dos puisqu’évidemment le texte n’engage les deux pays à rien de bien contraignant. D’ailleurs, comme nous l’écrivions, ni la Chine ni les Etats-Unis n’ont signé l’accord visant à arrêter l’utilisation du charbon alors qu’ils représentent avec l’Inde plus de 70% de l’énergie issue du charbon consommée dans le monde en 2020.

Cet accord, comme tous les autres qui sortent de ces sommets, participe belle et bien à l’écran de fumée que représente la COP 26 dont les absurdités ne finissent pas d’être révélées, à l’instar des liens très étroits qu’entretiennent les acteurs du sommets avec les patrons des plus grosses entreprises polluantes, alors que les catastrophes climatiques sont de plus en plus fréquentes et que certains changements sont déjà irréversibles. Cette COP 26, vu comme la COP de la dernière chance car elle arrive après le dernier rapport du GIEC qui confirme les rapports scientifiques prévoyant un avenir climatique catastrophique, ne démontre encore une fois que l’absurdité des gouvernements qui ne se soucient que des enjeux économiques même quand ceux-ci annoncent un avenir catastrophique.




Mots-clés

COP26   /    Greenwashing   /    Réchauffement climatique   /    Changement climatique   /    Etats-Unis   /    Chine   /    Monde