×

Scandale

Chronodrive. Des bons d’achat aux clients pour casser la grève, toujours pas d’augmentations de salaire !

À la veille de la seconde journée de grève des salariés de Chronodrive, la direction de l'entreprise a décidé d'offrir des bons d'achats de 30e aux clients pour les inciter à venir faire leurs courses le jeudi afin de limiter l'impact économique de la grève et d'invisibiliser le mouvement aux yeux des clients. Un crachat au visage des grévistes, qui luttent pour 7% d'augmentation de salaire pour faire face à l'inflation !

Gabriella Manouchki

8 juillet 2022

Facebook Twitter

Crédit Photo : Révolution Permanente

Alors que la grève à Chronodrive de samedi a été étendue depuis le magasin de Basso Cambo à d’autres sites à Toulouse et à travers le pays, la direction est prête à tout pour casser le mouvement.

Plutôt que de répondre aux revendications des grévistes, pour la plupart étudiants précaires travaillant à temps partiel, elle préfère proposer des bons d’achat de 30e à partir de 80e d’achat aux clients afin de les inciter à venir faire leurs courses le jeudi au lieu du samedi. Alors que le mouvement dénonce aussi des conditions de travail et des cadences de plus en plus difficile à tenir, la direction n’a rien trouvé de mieux à faire qu’aggraver la situation : ce jeudi "c’était le rush, je suis sorti super fatigué du travail", nous raconte un salarié. Ce faisant, elle espère limiter l’impact de la grève, avant tout en termes de visibilité vis-à-vis des clients. Ces derniers ont été nombreux à se montrer solidaires de la jeunesse précaire en grève pour des salaires à la hauteur de l’inflation.

Dans le même temps, comme le raconte Rafael Cherfy de la CGT Chronodrive dans une vidéo postée sur Twitter, la direction utilise la pression sur les salariés en période d’essai qui sont très nombreux à cette période de l’année. Parce qu’elle peut mettre un terme à leur contrat à tout moyen pendant les deux premiers mois, la direction a appelé individuellement des salariés en période d’essai pour les inciter à venir travailler plus longtemps samedi, sachant très bien qu’il est beaucoup plus compliqué pour ces salariés de se mettre en grève en risquant ainsi de perdre leur travail. N’ayant qu’une faible marge de manœuvre pour refuser, ces derniers devront donc assurer le travail des salariés qui seront en grève. Il s’agit là aussi de limiter l’impact de la grève au niveau du magasin, et ce en faisant une fois de plus pression sur des jeunes précaires payés au SMIC.

Les manœuvres grossières de la direction ne font que renforcer la détermination des salariés à faire grève, pour les salaires et la dignité ! Soyons nombreuses et nombreux à venir les soutenir samedi 9 juillet à 11h30 devant Chronodrive Basso Cambo !


Facebook Twitter
Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l'éducation

Pas de rentrée dans le 93 : grève reconductible et AG pour dénoncer la casse de l’éducation

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Roissy. Première victoire : une centaine de grévistes sans-papiers obtiennent des autorisations de séjour

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?

Pourquoi les grèves catégorielles se multiplient-elles à la SNCF ?


InVivo : « L'homme le plus puissant de l'agriculture française » n'aime pas les syndicats

InVivo : « L’homme le plus puissant de l’agriculture française » n’aime pas les syndicats

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l'éducation

Reconductible à Paul Eluard : la mobilisation se construit contre la casse de l’éducation

« C'est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

« C’est du jamais-vu » : Grève massive des conducteurs de bus de Lacroix pour les salaires

Grève : l'usine Bosch de Mondeville à l'arrêt contre la menace de suppression d'emplois

Grève : l’usine Bosch de Mondeville à l’arrêt contre la menace de suppression d’emplois

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d'affiches sur une poubelle

Un dirigeant de la CGT convoqué à la gendarmerie pour un collage d’affiches sur une poubelle