^

Politique

Disney arrête de payer 100 000 salariés, mais prêt à verser 1,5 milliards de dividendes

En pleine crise du covid-19, le géant américain Disney met la moitié de ses effectifs, plus de 100 000 personnes, en chômage technique, tout en maintenant les dividendes pour les actionnaires !

mercredi 22 avril

Crédit photo : Ti’ Piment

Aux États-Unis, en Asie ainsi qu’en Europe, le groupe Disney cesse de payer 100 000 salariés dans ses parcs à thèmes et ses hôtels, ce qui correspond à la moitié de ses salariés dans le monde, dont 17 000 en France. D’après le Financial Times, cette mesure permettrait à Disney d’économiser 500 millions de dollars, soit 459 millions d’euros par mois. L’annonce a fait polémique.

Disney utilise tous les moyens possibles, pour maintenir ses dividendes, quitte à licencier ses employés les vouant, dans ce contexte de crise économique et de chômage, à un avenir de misère.

 En effet, aux Etats-Unis, cette mesure va conduire à payer uniquement leur couverture santé, tout en leur recommandant de solliciter l’aide fédérale, prévue par le plan de soutient de l’économie, qui s’élève à 275 dollars par semaine en Floride..
En France, alors que depuis le 15 mars la plupart des travailleurs de Disney étaient au chômage partiel et que Disney maintenait 100% de leurs salaires, ils ont mis fin à la mesure dimanche, les salariés ne recevant désormais plus que 84% de leur salaire. Alors que le groupe a affiché plus de 20 milliards de chiffre d’affaire l’an passé, le géant du divertissement coupe donc les vivres à ses salariés, et ce quelques semaines après avoir tenté de profiter de l’épidémie pour procéder aux licenciements de 350 intermittents au début du mois d’avril, finalement réintégrés grâce à la mobilisation des salariés et syndicats. 
 
L’Américain fait cependant mine de se serrer la ceinture à tous les niveaux : il a suspendu les rémunérations fixes de ses cadres les plus haut placés, de l’ordre de 3 millions pour son patron Bob Iger, et 2,5 millions pour son successeur Bob Chapek. Pourtant, dans le même temps, la plus grosse partie des revenus des cadres dirigeants est maintenue, les primes n’ayant même pas été suspendues. Il faut d’ailleurs rappeler que Bob Iger a gagné 65,6 millions de dollars en 2018 et 47 millions l’année dernière. Cette somme correspond à plus de 900 fois la rémunération médiane des employés, qui s’établit à 52 000 dollars par an comme le rapporte le Financial Times.
 
Alors que Disney arrête de payer les salaires de ses employés et utilise les dispositifs mis en place par les Etats, le versement de 1,5 milliard de dollars de dividendes est toujours programmé par le groupe pour le mois de juillet ! C’est avec argent de l’État, donc celui des travailleurs que les salariés de Disney seront payés, leur patron préférant réserver son argent à ses actionnaires. Une fois de plus, c’est aux travailleurs qu’ils veulent faire payer la crise !




Mots-clés

Disney   /    Chômage partiel   /    Crise sanitaire   /    Crise économique   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Licenciement(s)   /    Chômage   /    Politique