^

Politique

« Ma santé en 2022 »...

Hôpitaux : en 20 ans, la moitié des maternités ont fermé

L’interpellation de Macron lors du Grand Débat par un maire qui soulevait la question de la fermeture des hôpitaux, et particulièrement des maternités, a remis sur le devant de la scène cette situation alarmante. En 20 ans, ce sont la moitié des maternités qui ont fermé. Et le plan « Ma santé en 2022 » ne prévoit que plus d’austérité concernant la santé.

mardi 12 février

Crédit photo : Maxppp

Mardi 15 janvier, pendant le Grand Débat national en Eure, un maire aborde le dossier brûlant de la fermeture de la maternité de Bernay : Macron insiste sur le fait que ce changement « n’est mû que par la volonté de préserver la santé publique » avant de défendre « les restructurations ».

Les gouvernements successifs avaient déjà entrepris petit à petit la casse des services publics, l’un après l’autre. Aujourd’hui, le gouvernement Macron assume totalement la diminution du nombre de centres hospitaliers sous prétexte d’une restructuration. En effet, le gouvernement « veut aller vite », avec une loi portée par Agnès Buzyn qui doit être présentée le 13 février, en Conseil des ministres. Dans cette proposition de loi, c’est la réforme pour la première année de médecine, avec la disparition du numerus clausus, et la labellisation dès 2020 des petits hôpitaux de proximité pour les urgences non vitales qui sont abordées, une labellisation qui revient à la fermeture de nombreux services.

La fédération hospitalière de France, qui regroupe l’ensemble des directeurs des centres hospitaliers français, tire la sonnette d’alarme quant aux chiffres : on estime pour l’année 2018 de 850 millions à 1 milliard d’euros de déficit pour les hôpitaux publics. « C’est un déficit énorme pour des hôpitaux qui étaient à l’équilibre il y a encore six ans », regrette Frédéric Valletoux, le président de cette fédération. Mais ces chiffres ne sortent pas de nulle part, en effet, depuis 2005, les établissements de santé, qu’ils soient publics ou privés, se sont vus imposer près de 9 milliards d’euros d’économie.

« Ma santé en 2022 » : une cure d’austérité affectant de plein fouet les services de maternité

Depuis des décennies, ce sont plusieurs maternités qui ferment en France tous les ans. Mais cette fois, comme écrit plus haut, le gouvernement affirme assumer une « gradation des soins », c’est-à-dire une proximité pour les soins courants, et pour les actes plus complexes comme un accouchement ou une opération dans des services plus éloignés : c’est le pilier du système de santé que proposent Macron et Agnès Buzyn dans « Ma santé 2022 ». 

« Quand une maternité n’a plus d’obstétricien un jour sur deux, je ne suis pas sûre qu’on rende service à la population en la maintenant de façon artificielle », a justifié Agnès Buzyn. Une manière de se servir du manque de moyens alloués aux maternités… pour justifier le fait d’en allouer encore moins et faire une croix sur ces services dans de nombreux hôpitaux. En somme, tout pour ne pas fournir les fonds pour employer plus de personnels. Les gouvernements successifs, et Macron aujourd’hui, cassent de plus en plus le service public, et notamment le système de santé, éloignant encore et encore les services, demandant aux usagers de faire toujours plus de kilomètres pour se faire opérer ou accoucher, et supprimant des milliers d’emplois par ces fermetures.

« Ces derniers mois, on assiste à une véritable hécatombe, insiste Lamine Gharbi. Huit établissements ont fermé ou sont en liquidation ou en redressement judiciaire. Or quand une clinique ferme à Paris intra-muros, les patients ont un recours tout proche. Mais quand cela arrive en Ardèche ou en Bretagne, ce sont des pans entiers du service de soin de proximité qui disparaissent. »

Et avec ces coupes budgétaires, on voit encore une fois que ce sont les femmes, en tant que travailleuses ou usagères, qui sont attaquées de plein fouet. Si elles composent la grande majorité du personnel hospitalier, c’est aussi une attaque contre toutes les femmes, et parmi elles les plus précaires, qui ne pourront plus bénéficier d’un accès décent et praticable aux soins.

 
Du coté des services hospitaliers d’urgence, le rapport annuel de la Cour des comptes montre qu’il y a une certaine stabilité, mais qui devrait s’effondrer, tôt ou tard, puisque l’on préconise aujourd’hui « par souci d’économie » des fermetures de sites et des interruptions nocturnes. Pour les maternités, le bilan 2018 est scandaleux : 1369 en 1975, 814 en 1996, 498 en 2016, c’est-à-dire qu’on a à faire à une disparition de la moitié des centres en 20 ans ! Ce qui est aussi inquiétant, c’est le nombre de lits d’obstétrique, quasiment divisé par deux depuis trente ans, alors que la natalité est restée très importante.

Le projet "Ma santé 2022" n’est qu’un projet de dégradation pour les services de santé en France : de moins en moins de services pour de plus en plus de patients, et de plus en plus de zones désertées par les services médicaux. Si les gouvernements successifs laissent se décomposer le système de santé, c’est aussi pour justifier d’aller vers une privatisation et donc une santé qui ne sera accessible qu’avec le portefeuille.

La sélection à l’université, la hausse de la CSG pour les retraites, le pacte ferroviaire qui supprime le statut de cheminot et détruit les petites lignes "par souci de rentabilité", et la destruction du système de santé : une destruction programmée des services publics, pendant que Macron refuse de revenir sur l’ISF, que les cadeaux pleuvent sur le patronat, qu’ils prennent la forme de CICE ou des lois travail. Autant de raisons de continuer à se battre contre ce gouvernement des riches et des patrons, pour un système de santé et des services publics gratuits, accessibles à tous et de qualité !