^

Politique

Réforme des retraites

La CGT services publics rejoint la grève illimitée du 5 décembre !

Dans un communiqué de presse sorti le 10 octobre, la CGT services publics annonce se joindre à l'appel des syndicats des transports pour une grève illimitée à partir du 5 décembre : les « journées d'action isolées [...] ne correspondent plus aux attentes des militants et des agents ».

vendredi 11 octobre

Ce jeudi 10 octobre, la Fédération CGT services publics a publié un communiqué pour annoncer qu’ils rejoignent l’appel des différentes structures interprofessionnelles et intersyndicales des transports pour partir en grève illimitée le 5 décembre contre la réforme des retraites. La grève du 13 septembre de la RATP avec plus de 90% du personnel rassemblé contre la suppression des régimes spéciaux a démontré une détermination sans précédent d’un secteur capable de bloquer quasiment entièrement les transports publics de la capitale française en une journée.

L’hypothèse d’une contagion d’autres secteurs commence à se confirmer, à l’image des cheminots qui suite à la défaite du printemps 2018 ont vu dans l’appel du 5 décembre une possibilité de partir vers un tous-ensemble contre cette réforme qui attaque l’ensemble des secteurs du public et du privé. Ainsi, la Fédération des syndicats Sud Rail a publié un communiqué aux côtés de Solidaires RATP pour annoncer qu’ils rejoignaient l’appel de l’intersyndicale RATP, ainsi que l’UD CGT Seine Maritime qui se décrivait dans son communiqué publié le 7 octobre : "Déterminée à défendre et à consolider le système de retraites solidaire par répartition et ses 42 régimes, la CE de l’UD CGT 76 appelle d’ores et déjà tous les salariés et privés d’emploi, du public et du privé, les retraités et les jeunes, à construire les convergences indispensables et à se saisir du 5 décembre en s’engageant dans la construction d’un puissant mouvement interprofessionnel de grève reconductible en mesure de faire reculer le gouvernement et le patronat."

De même que l’UD CGT des Bouches du Rhône, qui écrivait le 1er octobre : "C’est donc en pleine conscience des enjeux de la période et convaincus que seule une mobilisation d’ampleur, inscrite dans la durée et devant conduire à un blocage de l’économie fera reculer gouvernement et patronat, que les Syndicats CGT des Bouches du Rhône ont décidé de s’engager dans la construction d’un mouvement de grève reconductible à partir du 5 décembre prochain. D’ici là, ils s’engagent à tout mettre en œuvre pour gagner l’élévation du mouvement social et l’unité des travailleurs". C’est ainsi que les appels se multiplient pour impulser un mouvement d’ensemble avec la perspective de la grève illimitée à partir du 5 décembre.

Le communiqué de la Fédération CGT des services publics publié jeudi "réaffirme son exigence du retrait du projet de réforme" et défend la date du 5 décembre comme une "perspective majeure dans le combat à mener pour défendre nos retraites et faire reculer le gouvernement". Ces nombreuses réponses à l’appel vers le tous-ensemble du 5 décembre contre la réforme des retraites montrent une réelle volonté de faire plier le gouvernement, avec un appel déterminé à la reconductible jusqu’à tant qu’il le faudra. S’il n’interpelle pas ouvertement la confédération, le communiqué d’appel au 5 décembre et à la nécessité d’un mouvement reconductible exprime la pression à la base : les " journées d’action isolées [...] ne correspondent plus aux attentes des militants et des agents". En effet, alors que les travailleurs, et en premier lieu les fonctionnaires, subissent une attaque historique de la part du gouvernement, les directions syndicales n’ont aucun plan de bataille après la date isolée du 24 septembre pour y faire face.

Cette journée de mobilisation interprofessionnelle appelée par la CGT, Solidaires et la FSU n’a que peu mobilisé, à l’opposé de la grève massive de la RATP une semaine plus tôt ainsi que celle des professions libérales le 16 septembre. Face à cette mobilisation très en deçà d’une situation à la hauteur de battre l’offensive du gouvernement qui attaque l’ensemble du monde du travail, les dirigeants syndicaux n’ont qu’à la bouche les palabres d’absence de "vapeur" comme pourrait en témoigner cette journée du 24 septembre : mais de la vapeur, il y en a, comme ont pu le démontrer les mobilisations de la RATP ou encore des hospitaliers. La faute est-elle à la base ou à ces mêmes directions syndicales qui ne se dotent d’aucun plan de bataille ?

Alors que la direction de la CGT n’a toujours pas appelé à suivre le mouvement de la RATP et d’appeler ainsi à la grève reconductible dès le 5 décembre, il faut exiger de faire de cette date un réel point d’appui pour partir tous ensemble. Et cela est parce qu’aujourd’hui plusieurs secteurs commencent peu à peu à s’agréger à l’appel au 5, comme l’a fait la CGT services publics sous pression de la base : seule la perspective de construire la grève reconductible contre la réforme des retraites permettrait de gagner face à cette offensive historique du gouvernement. C’est en ce sens qu’il faudra construire cette date, en convergence avec les hospitaliers, les Gilets Jaunes, les profs, les jeunes, et l’ensemble des secteurs qui refusent de laisser passer les attaques de ce gouvernement.

 Crédit photo : © NurPhoto/ Nicolas Liponne




Mots-clés

Réforme des retraites   /    Grève   /    Edito   /    CGT   /    Politique