^

Notre classe

Coup de gueule d’un ouvrier

Les médias dominants font campagne contre la grève interpro du 24 septembre

Appelée par la CGT et SUD, cette journée de grève interpro est totalement invisibilisée par les médias dominants qui montrent une fois encore qu’ils sont à la solde du gouvernement et du patronat.

lundi 23 septembre

Les médias dominants sont toujours des alliés de poids pour le gouvernement Macron. Preuve en est le traitement médiatique de la grève de ce mardi 24 septembre.

Alors que dans tout le pays, les militants s’activent pour la journée de grève et de manifestation pour en faire une date interprofessionnelle, les médias annoncent seulement une grève de ces soi-disant "nantis" de la SNCF. Or, ce sont tous les secteurs du monde du travail, et pas seulement les camarades de la SNCF, qui seront dans l’action pour s’opposer et mettre en échec le projet du gouvernement de mettre à terre le système de retraites par répartition. La réforme n’a pas pour but d’être plus égalitaire, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement. Il veut faire baisser les pensions de 30 % et nous imposer de travailler jusqu’à la mort.

Une campagne nauséabonde orchestrée par les médias pour casser la grève du 24 septembre

Sur toutes les chaînes d’informations et dans les journaux, on n’entend et on ne lit que la grève de la SNCF. Le but est clair : casser toute dynamique de solidarité et de convergence. Aucune ligne sur l’appel du 24 septembre, qui est un appel pour l’ensemble du monde du travail afin de s’opposer à la réforme qui va tuer les 42 régimes spéciaux mais aussi celle de tous les salariés.

C’est ensemble que nous devons affronter le patronat et le gouvernement et non secteur par secteur ou corporation par corporation. Les médias qui sont à la botte du patronat et de Macron nous rabâchent du matin au soir qu’il faudra travailler plus longtemps et que la réforme est indispensable. Cette campagne nauséabonde montre une fois encore que les médias sont un pilier du capitalisme pourrissant - bien qu’on l’ait déjà vu pendant la loi travail et le mouvement des gilets jaunes. Mais cela n’arrêtera pas la classe ouvrière et les classes populaires dans leur ensemble d’utiliser l’arme de la grève jusqu’au bout. Ceux qui font tourner ce monde ce sont tous les salariés et pas le patronat.




Mots-clés

Réforme des retraites   /    Convergence   /    Solidaires   /    Grève   /    médias   /    CGT   /    Notre classe