^

Notre classe

#FakeNews de la direction de la RATP

Ligne 1 : "c’est la RATP qui a bloqué la rame", témoigne Eric Coquerel

Après un rassemblement devant la maison de la RATP, de plusieurs médias ont expliqué que les grévistes auraient tenté de fermer la ligne 1. Pourtant, plusieurs témoignages sur les réseaux sociaux vont dans le sens de dire que c’est la RATP qui arrêté le service. Eclaircissements.

lundi 23 décembre 2019

Ce matin, un rassemblement était appelé devant le siège de la RATP par les grévistes de la RATP et de la SNCF, pour dénoncer la répression policière et patronale sur les piquets. Mais, alors que les grévistes étaient en train de partir de gare de Lyon, les métros ont été interrompus. Selon la direction de la RATP, « c’est la présence massive de manifestants à Gare de Lyon » qui a empêché que le trafic se déroule dans les bonnes conditions. Rapidement, les déclarations se sont succédées : la ministre Elisabeth Borne a finalement déclaré que «  le libre exercice du droit de grève n’est pas un droit à envahir, à bloquer, à intimider les voyageurs  », sous-entendant par là que la manifestation aurait pour but « d’intimider les voyageurs ».

Alors que le rassemblement appelé plus tôt contre la répression était très encadré par les forces de l’ordre et que la police a arrêté plusieurs manifestants, la ministre de la Transition écologique, ancienne ministre des transports, Elisabeth Borne, ose tout : la grève ne donnerait pas le droit aux cheminots de rentrer dans une gare et aux agents de la RATP de rentrer dans les stations de métro ! Où cela est-il écrit que les grévistes n’ont soudainement plus droit, pour cause de grève, de rentrer sur leur lieu de travail ? D’autant plus quand celui-ci est de fait un espace public ouvert comme l’est une gare ! Une fois de plus, le gouvernement tente tous les arguments pour empêcher les manifestations et les dénigrer.

Par ailleurs, contrairement à ce que disent les médias et la direction de la RATP, ce n’est pas les grévistes qui avaient décidé d’aller dans le métro : « nous sommes allé dans la gare de Lyon pour rejoindre l’assemblée générale des cheminots qui s’y tenait, témoigne un manifestant sur place. Mais la police nous en a empêché, et a empêché ensuite qu’on parte en manifestations. On est descendus prendre le métro, puis la RATP a arrêté le trafic. Qu’on ne nous dise pas que les manifestants sont responsables de l’interruption de la ligne !  ». C’est une nasse policière pour empêcher les grévistes de la RATP de rejoindre leurs homologues cheminots qui a poussé à cette solution de repli. Un témoignage corroboré par Eric Coquerel, député de la France Insoumise, présent sur place, qui explique que « la RATP a bloqué la rame ».

Il semblerait donc que c’est l’action conjointe des forces de répression et de la direction de la RATP qui a paralysé le trafic sur la ligne 1 ce midi. N’en déplaise à certains médias, comme Ouest France, qui titre même que l’action était à l’origine « pour bloquer la ligne 1 », quand l’action devant le siège de la RATP était pour dénoncer la répression.




Mots-clés

Mouvement des retraites 2019-2020   /    Réforme des retraites   /    Cheminot-e-s   /    RATP   /    Répression   /    Notre classe