^

Monde

Palestine vaincra

Manif à Gaza : solidarité avec le peuple palestinien contre l’embargo et l’agression israélienne !

Lors d’une manifestation palestinienne près du mur séparant la bande de Gaza et Israël, des soldats israéliens ont tiré à balles réelles, faisant 41 blessés palestiniens, dont un enfant de 13 ans. Le soir même, Israël a continué la répression en bombardant la bande de Gaza.

lundi 23 août

Crédits : AFP - SAID KHATIB

Ce samedi 21 août, les palestiniens ont manifesté à la frontière de la bande de Gaza à l’occasion du 52ème anniversaire de l’incendie de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem. Plusieurs milliers de palestiniens se sont rassemblé pour protester contre le blocus d’Israël, dans la lignée des dernières mobilisations de mai. Des palestiniens ont tenté d’escalader le mur séparant la bande de Gaza de l’État israélien en lançant des « projectiles explosifs ». La réponse de l’armée israélienne a été immédiate, à coup de gazs lacrymogènes et de tirs à balles réelles faisant 41 blessés dont un enfant de treize ans, gravement touché au cou. Les manifestants palestiniens ont riposté, blessant grièvement par balle un policier.

Benny Gantz, ministre de la défense israélien, a déclaré que ces événements étaient “extrêmement sérieux” et donneraient lieu à une réponse. Peu après, quatre sites de stockage et de fabrication d’armes du Hamas ont été bombardés par les forces armées israéliennes, laissant des dizaines de personnes sans logement. Cette manifestation du peuple de Gaza rappelle les marches du retour de 2018-2019, organisée pour commémorer l’exode palestinien de 1948, et qui avaient lieu tous les vendredi afin de protester contre l’embargo et exiger le droit au retour des palestiniens expulsés de leurs terres. La répression qui s’est abattue sur elle, d’une violence inouïe, montre encore une fois le caractère colonialiste et l’idéologie réactionnaire de l’État d’Israël, qui veut mater toute velléité palestinienne.

Malgré tout, le peuple palestinien continue de lutter contre l’oppression israélienne, afin de pouvoir retrouver les terres d’où ils ont été chassés. La répression n’y pourra rien, les palestiniens ne lâcheront pas et les différentes factions palestiniennes ont déjà annoncé que les manifestations continueront.

En comparaison de l’année 2019, cette manifestation prend place dans un contexte politique et militaire extrêmement tendu, quelques mois après la guerre-éclair de juin subie par la Palestine à coup de frappes aériennes tuant plus de 260 palestiniens dont 66 enfants. Conjugués aux dégâts matériels causé par les bombardements, l’embargo israélien empêche d’acheminer l’aide humanitaire avec la complicité des Etats occidentaux et de l’ONU profondément pro-israéliens.

Ainsi, la répression face à la lutte du peuple palestinien prend des proportions inimaginables, à tel point que l’on peut se demander jusqu’où ira l’État israélien pour protéger ses intérêts et les terres qu’il a colonisées ? Redorer son image en prétendant être le pays le plus "démocratique" du Moyen-Orient ne tient pas debout puisqu’il continue à bombarder des familles. Contre la colonisation d’Israël, soutenue par les pays impérialistes, la résistance héroïque des palestiniens, ne pourra vaincre qu’unifiée et auto-organisée à la base. Comme nous l’écrivions : « Ce n’est que d’un mouvement unifiant l’ensemble des palestiniens, en alliance avec la jeunesse et les classes populaires juive, contre l’oppression coloniale et la domination impérialiste, que la libération de la toute la Palestine pourra aboutir. Pour construire cette voie indépendante du Hamas, de l’OLP et l’impérialisme il est aussi nécessaire de défendre la construction d’un Etat Palestinien laïc et socialiste sur les ruines de l’Etat colonial d’Israël. »




Mots-clés

colonisation   /    Israël   /    Palestine   /    Monde