^

Politique

« Justice pour Steve, on lâchera rien »

Nantes. 85 personnes portent plainte après la charge policière de la fête de la musique

Deux semaines se sont écoulées depuis la disparition de Steve, durant la fête de la musique à Nantes. La ville est depuis recouverte de tags à sa mémoire. 85 personnes ont déposé plainte contre X suite à la violente répression de la soirée qui a précipité 14 personnes dans la Loire.

vendredi 5 juillet

Crédit photo : Radio France / Grégory Jullian

Depuis cette charge brutale des forces de répression lors de la fête de la musique nantaise, Steve reste toujours disparu. La ville est toujours sous le choc. Les tags à son honneur fleurissent sur les murs et les trottoirs.

Et pour cause : lors de la fête de la musique, personne ne se doutait de la violence qui allait s’abattre sur ces jeunes. Chiens, charge de police, tir de LBD et grenades de désencerclement, lacrymogènes utilisés à proximité du fleuve. Ce sont en tout 14 personnes qui sont tombées à l’eau ce soir là, d’après les pompiers. Selon les propos de Me Rostan, relayés par Marianne qui a recueilli 140 témoignages : « tout s’est très bien passé, dans une ambiance bon enfant », « le DJ avait mis en guise de fin une chanson des béruriens noirs, tout les témoignages concordent pour dire que les gens ont été pris dans un nuage de lacrymogène » suite à cet musique, #« la jeunesse emmerde le front national ».

Depuis la marche qui a rassemblé un millier de personnes pour réclamer vérité et justice pour Steve et l’ensemble des victimes de ce tragique soir, 85 personnes présentes sur le quai Wilson ce soir là ont décidé de porter plainte contre X pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ». D’après l’avocate, Me Rostand, à cela pourrait s’ajouter une plainte pour « non assistance à personnes en danger » au vu des vidéos montrant une extrême brutalité de la police, puisqu’aucun agent n’a porté assistance aux personnes tombées à l’eau, ou visiblement blessées.

« Je ne me fais pas beaucoup d’illusions. Comment trouver des responsables ? Jamais les autorités n’oseront reconnaître qu’un détenteur de l’ordre a déconné. Mais on se battra pour faire éclater la vérité. » explique au Monde Aliyah, une amie de Steve 

Bien que le ministre de l’intérieur ait saisi l’IGPN, il ne faut pas se faire d’illusion sur les conclusions qu’elle en tirera : celle-ci est connue pour enterrer systématiquement les affaires. De plus, le fait de saisir l’IGPN est une manière de verrouiller l’enquête comme l’explique Libération.

Face à l’enquête sur la disparition de Steve qui s’annonce déjà comme un camouflet, les Nantais restent mobilisés pour réclamer Vérité et justice pour Steve et l’ensemble des victimes de la fête de la musique. Les 85 plaintes vont dans ce sens mais au vue des derniers rendus de justice qui blanchissent les forces de répression, on peut imaginer que ces plaintes n’aillent pas très loin devant la justice bourgeoise excepté si le rapport de force est derrière les victimes des violences policières de cette nuit là et derrière la famille et les amis de Steve.




Mots-clés

Steve   /    Police   /    Nantes   /    #JusticeDeClasse   /    Violences policières   /    Politique