^

Notre classe

Répression

« On m’accuse d’organiser une révolte à la SNCF ». Soutien à Nicolas de Lille, convoqué par la police !

Cheminot de Lille militant SUD Rail, Nicolas a été mis à pied par la SNCF en 2018 pour des faits de grève. Mais comme si cette répression scandaleuse ne suffisait pas, il était convoqué au commissariat ce lundi, "avec un méga hasard du calendrier à l'aube de nouvelles grèves". Nous relayons son message.

mardi 5 novembre

« Après quelques heures bien au chaud je suis content de vous donner quelques nouvelles.

Alors voilà on en est là...
Pour avoir lutté, milité, revendiqué, j’ai le droit à la double peine (interne et judiciaire) avec supplément police scientifique, empreintes, fiche d’identification, photos etc..

J’ai déjà été condamné en interne, mis a pied en 2018, mais aujourd’hui nous avions affaire au volet judiciaire.

Comme d’habitude la police en bon protecteur des plus forts et des plus riches à joué son rôle de bon toutou, malgré un accord convenu sur certains de mes "délits" parce que parfois "on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs"
Tout cela ne les a pas empêchés de me prendre en photos sous tous les angles, empreintes, tatouages... on n’est jamais trop prudent !

Pour des faits du 15 juin 2018 je suis entendu 18 mois plus tard avec un méga hasard du calendrier à l’aube de nouvelles grèves. Ça tombe bien en réalité, fallait pas plus pour nous redonner la 🔥

Je ne raconterai pas ici les détails de l’audition mais sachez que les faits reprochés sont de simples faits de grèves, de blocage comme nos mineurs de fonds, nos métallos ou dockers ont pu faire avant nous.

On m’accuse d’être le leader de regroupement radicaux ou d’organiser une révolte au sein de la SNCF.
J’y vois surtout leurs exaspérations quant à mes activités syndicales.

Et même si j’organisais une émeute au sein de la SNCF je ne vois pas en quoi je serais plus inquiété que la direction qui elle sabote, pille, détruit notre outil de travail, nos salaires, nos conditions de travail et nos familles.

Jeudi 7 Novembre le procureur nous dira si il lance ou pas des poursuites judiciaires à mon encontre.
Continuez à surveiller la page Facebook de soutien.

En tout cas MERCI à tous et toutes pour les messages, mails 💪 de soutien.

Et une grosse pensée à ma direction.
Œil pour œil. »




Mots-clés

répression syndicale   /    Cheminot-e-s   /    SNCF   /    Répression   /    Notre classe