^

Politique

Les capitalistes détruisent la planète

Patrons pollueurs : en pleine canicule, Bolloré s’offre trois vols en jet privé en un après-midi

Alors que chaque jour, les conséquences de la crise climatiques se font plus graves, le milliardaire français d’extrême droite Vincent Bolloré s’est permis de faire trois vols dans son jet privé en un après-midi. Une nouvelle preuve que les ultra-riches et les patrons ne se soucient pas de la planète quand il s'agit de réaliser leurs propres caprices.

mardi 19 juillet

Crédits photo : Archives AFP / Eric Piermont

Dimanche 17 juillet 2022, Bolloré a effectué trois vols dans son jet privé en moins de cinq heures. À 16h05, le jet de l’une des premières fortunes françaises s’envole de Toulon à Paris. Puis, à 18h04, il part à Naples mais il reste moins de deux heures et demie en Italie, puisqu’à 20h31 le milliardaire rentre à Paris.

Bilan ? Les petits voyages du milliardaire représentent une empreinte carbone considérable, puisqu’il a réussi à émettre 16 tonnes de dioxyde de carbone en moins de cinq heures. En une journée, Bolloré a modestement réussi à avoir une empreinte carbone équivalent aux émissions causées par deux tours du monde en voiture. Alors que les accords de Paris visaient à atteindre les 2 tonnes en moyenne d’émissions par personne et par an au niveau mondial, Bolloré a encore quelques petits efforts à faire...

Vagues de chaleur sans précédent, incendies meurtriers… Le contexte de dérèglement climatique désastreux montre que la bourgeoise détruit nos écosystèmes impunément et éhontément. Les petites excursions de Bolloré ne sont en effet pas un événement isolé. Comme le rapporte l’ONG Transport et Environnement, la pollution due au secteur des jets privés a augmenté de 30% en 15 ans en Europe, et 1 vol sur 10 partant de France est un vol de jet privé. L’ONG rapporte également que 50% des émissions du secteur de l’aviation sont causées par 1% des personnes. Qu’il s’agisse d’un vol de quelques heures, voire de quelques minutes seulement, les fortunés ne se privent pas de voyager en jet régulièrement. Et en fin de compte, ce sont les classes populaires qui en subissent constamment les conséquences.

Mais au-delà de leurs caprices de riches, c’est surtout au travers de leurs entreprises que ces derniers détruisent la planète. En effet, 63 milliardaires français émettent via leur capital financier et leurs entreprises autant de CO2 que les émissions cumulées du Danemark, de la Finlande et de la Suède. Dans l’Union Européenne, 21 pays sur les 27 ont une empreinte carbone inférieure à celle de cette bande de milliardaires.

Nous ne pouvons plus nous permettre de faire confiance à nos gouvernements complices de ces dangereux milliardaires pour lutter contre la crise climatique. Notre classe a toujours été en première ligne de la crise climatique impulsée par le capitalisme. Les travailleurs et les travailleuses ont donc le plus intérêt à mettre un terme à ce massacre d’autant plus que la transition écologique ne sera possible que si elle est placée entre les mains des travailleurs, au cœur du mode de production capitaliste.



Mots-clés

Réchauffement climatique   /    Changement climatique   /    capitalisme   /    pollution   /    Vincent Bolloré   /    Ecologie   /    Patrons-voyous   /    Politique