^

Notre classe

Covid_19

RATP. Machinistes exposés et encadrants protégés : un deux poids deux mesures scandaleux

Pendant que les chauffeurs de bus du centre d'Aubervilliers continuent d'assurer les rotations de transport en défiant la mort chaque jour, le bureau des ressources humaines, habituellement ouvert à tous a décidé de n'accepter plus que deux personnes maximum par mesure de sécurité sanitaire.

samedi 28 mars

Cette nouvelle disposition vise à faire respecter une distanciation sociale entre l’encadrement et les conducteurs pour éviter toute éventuelle contamination au covid19. Seul problème : s’il est dangereux pour l’encadrement d’accepter plus de deux agents dans leur bureau, pourquoi la direction maintient-elle alors les conducteurs de bus à leur poste de conduite notamment sur des lignes qui continuent de transporter des dizaines de voyageurs à chaque course ? La ligne 170 reliant la gare de Saint-Denis à la porte des Lilas pour ne citer qu’elle roule aujourd’hui encore avec un niveau de charge rendant de facto impossible le respect d’une distance d’un mètre entre voyageurs. Les usagers de ce département exercent pour la plupart d’entre eux des métiers essentiellement manuels et donc non transférables à leur domicile. Les machinistes du 170 se retrouvent donc confinés non pas chez eux comme l’exige le bon sens mais au sein de leur bus avec un nombre de voyageurs totalement déraisonnable en période de pandémie.

Alors que la contagion est à son comble, les machinistes comprennent donc qu’ils ne sont pas protégés comme les autres corps de métiers de l’entreprise. L’une s’expose au virus tant redouté pendant que l’autre se protège des agents déployés en première ligne contre une guerre sanitaire historique. Ce qu’il faut bien appeler un deux poids deux mesures lève ainsi le voile sur une vérité qui fait froid dans le dos. La vérité d’une entreprise qui envoie en conscience ses salariés braver le Covid_19 sans protection, sous couvert de continuité du service public. C’est donc une véritable mise en danger de la vie d’autrui que la direction a choisi.

Ce même service public que la direction démantèle chaque jour un peu plus en cassant leur leur statut, leur protection sociale et leurs conditions de travail pour répondre aux standards d’une concurrence orchestrée par une oligarchie politique et financière jamais rassasiée.

Une logique qui sonne comme une imposture morale pour ces agents qui transportent les voyageurs franciliens de jour comme de nuit, en paix comme en guerre car eux savent que derrière chaque conducteur, il y a une vie et une histoire et surtout un sens du service que n’auront jamais ces élites passant de conseil d’administration en cabinets ministériels au seul service de leur carrière... piètre carrière.




Mots-clés

Covid-19   /    #NosViesPasLeursProfits - Témoignage   /    Coronavirus   /    Témoignage   /    RATP   /    Notre classe