^

Politique

Retour à l'anormal

Répression devant l’hôpital Robert Debré : trois interpellations et une cinquantaine d’amendes !

Pour le deuxième « jeudi de la colère », un rassemblement a été appelé par le personnel soignant devant l’hôpital Robert Debré, réunissant plusieurs centaines de personnes : soignants, mais aussi gilets jaunes, personnalités politiques et travailleurs d’autres secteurs. Un rassemblement qui se termine sous les coups de la répression.

vendredi 22 mai

Ce jeudi, pour le deuxième « jeudi de la colère », un rassemblement a été appelé par le personnel soignant devant l’hôpital Robert Debré, réunissant plusieurs centaines de personnes : soignants, mais aussi gilets jaunes, personnalités politiques et travailleurs d’autres secteurs, tous venus réaffirmer qu’ils continueront de se mobiliser jusqu’à obtenir satisfaction de leurs revendications.

Un rassemblement sous le coup de la colère, accumulée depuis des années par le personnel hospitalier, et que la gestion catastrophique de l’épidémie par le gouvernement n’a fait que renforcer. Alors que la pandémie a révélé le manque criant de moyens à l’hôpital, les soignants qui y ont fait face revendiquent que « pour l’hôpital c’est plus de lits ! On veut un plan d’embauche massif et la régularisation de tous les CDD ! On veut plus de rémunérations pour tous ! (...) », affirmant qu’il n’y aura pas de « retour à l’anormal ».

Seulement, le « retour à la normale » s’est rapidement fait sentir. Les forces de l’ordre se sont déployées en nombre autour du rassemblement, et ont nassé les personnes venues en soutien, comme le montre la vidéo de @Nadege_RTFrance sur Twitter :

Au final, ce ne sera pas moins d’une cinquantaine de personnes qui se sont faites verbalisées à la suite du rassemblement, et trois personnes se sont faites interpellées, selon un article de France Info.

Une vidéo publiée par @Sputnik_fr montre l’arrestation de deux individus :

Un rassemblement qui se termine sous les coups de la répression. Alors que le personnel soignant était érigé en héros tout au long de la crise, après celle-ci, la réponse à leurs revendications reste la matraque. Alors que le gouvernement tente de calmer les colères en organisant un « Ségur de la Santé » pour organiser la revalorisation des salaires dans lequel peu ont confiance, les soignants qui s’expriment contre les politiques du gouvernement sont réprimés. Face au déconfinement répressif et à la crise économique, les mobilisations dans les hôpitaux et dans la santé doivent porter leurs revendications aux côtés des travailleurs des différents secteurs, et ce autour d’un programme d’urgence et de rupture. Face aux politiques d’austérité, des coupes de budgets et des baisses d’effectifs, aux services des grands capitalistes, opposons une nationalisation du secteur de la santé et du secteur pharmaceutique, sous contrôle des travailleurs !

Crédit-photo : La page des stylos rouges du 93




Mots-clés

Hôpital Robert Debré   /    Covid-19   /    rassemblement   /    Répression policière   /    Coronavirus   /    Répression   /    Politique