×

Fonction Publique

Sarthe. Les travailleuses du médico-social « oubliées du Ségur » en grève ce vendredi

Vendredi 22 mars, les agentes du département de la Sarthe étaient en grève à l’initiative de l’intersyndicale CGT – CFDT – FSU et du collectif « Les oubliées du Ségur » pour demander des hausses de salaire équivalente au Ségur dans les collectivités territoriales.

Facebook Twitter
Sarthe. Les travailleuses du médico-social « oubliées du Ségur » en grève ce vendredi

Crédits photo : Révolution Permanente

Les agentes du département de la Sarthe ont fait entendre leur colère ce vendredi 22 mars. Dès 9 heure du matin, elles étaient plus de 70 grévistes rassemblés devant l’abbaye royale de l’Épau où se réuni le conseil départemental du 72. Une mobilisation à l’initiative du collectif « Les oubliées du Ségur » et d’une intersyndicale CGT, CFDT, FSU qui s’est tenu en même temps qu’une réunion du conseil départemental où était voté le budget 2024. A l’origine du mécontentement, le manque de reconnaissance de leur métier qui s’incarne dans des salaires de misère.

En effet, depuis la mise en place du « Ségur » en 2022, plusieurs catégories de salariées n’ont pas été comprises dans les augmentations de salaires. Dans la fonction publique territoriale, le CTI (Complément de Traitement Indiciaire), qui est l’équivalent du Ségur dans les collectivités territoriales, représente près de 200 € d’augmentation du salaire des agentes. Un dispositif qui cristallise des injustices importante avec des agentes ayant le même diplôme (assistante sociale par exemple) et bénéficiant du CTI si elles effectuent leur mission en protection de l’enfance, tandis que celles œuvrant auprès des personnes en situation de handicap ou des personnes âgées n’en bénéficient pas.

Au rassemblement, Josiane, gréviste, en explique les conséquences pour les usagers : « Si nous ne sommes pas là pour ces personnes, qu’est-ce qu’elles vont devenir ? Ce n’est pas parce que ce sont des personnes âgées qu’ils doivent être oubliés également  ». En effet, les différences de salaires de près de 200 € entraînent des difficultés de recrutement sur ces postes, d’autant plus dans un secteur peu attractif du fait des bas salaires et des conditions de travail difficiles conduisant à de nombreuses reconversions professionnelles. Les grévistes ont aussi rappelé la nécessité de prendre en considération l’ensemble des agentes au service de l’accompagnement des usagères et usagers, y compris les secrétaires d’équipe pluridisciplinaires qui « accompagnent les usagers pour lire et remplir les documents, les orienter vers d’autres administrations, les écouter ».

Si plusieurs journées de grèves avaient déjà eu lieu l’année passée, deux éléments ont relancé la mobilisation ces dernières semaines. Tout d’abord le fait d’apprendre que près de la moitié des départements avaient élargis le CTI à l’ensemble des personnels exerçant des missions d’accompagnement. La Sarthe fait partie des départements les plus austères envers les agentes mais également envers les personnes accompagnées comme l’illustre la situation dramatique en protection de l’enfance que nous décrivions dans nos colonnes il y a quelques mois.

Ensuite, l’inflation touche fortement les agentes du département comme le rappelait l’une d’elle : « Notre lutte s’inscrit dans un combat beaucoup plus large, l’inflation que l’on connaît tous ». En effet, l’inflation conduit à une baisse du salaire réel, d’autant plus que le point d’indice qui détermine le salaire des fonctionnaires est resté gelé durant plusieurs années. Cette situation provoque une colère importante à l’image de ce qui a pu s’exprimer lors de la journée de grève dans la fonction publique le 19 mars.

De plus, dans des services où plus de 90 % des salariées sont des femmes, Benjamin expliquait que : « cette mobilisation, c’est aussi une question féministe, c’est la question de la reconnaissance des travailleuses qui font de l’accompagnement, du care, des soins ». Il n’y a pas de hasard au fait que les secteurs les moins bien rémunérés au regard du niveau de qualification soient les secteurs féminisés. C’est le résultat du patriarcat pour qui l’empathie, le « prendre soin », sont des qualités naturelles des femmes ne méritant pas de reconnaissance.

Ainsi, cette journée de grève a permis de confronter les élus du conseil départemental lors de leur entrée sur le site. Une délégation a été reçue et a permis l’ouverture de « négociations » avec une nouvelle rencontre dans un mois et demi, ce qui constitue un moyen de temporiser la mobilisation pour le département. Les agentes ont d’ors et déjà prévu de se retrouver lors d’une nouvelle assemblée générale le 12 avril pour décider des suites à donner au mouvement.

Ce mouvement montre une nouvelle fois que les salaires sont un moteur central d’une colère profonde qui existe chez les travailleurs et travailleuses. Face à cela il est nécessaire de revendiquer des mesures nationales avec l’augmentation des salaires de 400 € pour toutes et tous pour rattraper la baisse du salaire réel, ainsi que l’indexation des salaires sur les prix afin que l’inflation ne grignote pas les augmentations de salaires acquises.


Facebook Twitter
RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

RATP CAP : 95 % des conducteurs de Wissous et du tramway T10 en grève pour les salaires

Répression : 9 soignants en GAV après s'être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

Répression : 9 soignants en GAV après s’être mobilisés contre la fermeture des urgences de Carhaix

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

La condamnation de Safran pour homicide involontaire confirmée en appel : une victoire pour les ouvriers

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève à Radio France : quelles suites après la journée réussie du 12 mai ?

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Grève victorieuse : les pompiers de la raffinerie de Grandpuits font plier Total !

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l'ensemble du secteur

Lutte pour les salaires à Capgemini : une grève qui envoie un signal à l’ensemble du secteur

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Liquidation judiciaire de MA France : 400 familles au chômage malgré les profits records de Stellantis

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L'inflation fait mal à tous, c'est le moment ou jamais »

Grève des éboueurs et égoutiers à Paris : « L’inflation fait mal à tous, c’est le moment ou jamais »