^

Politique

Sorbonne. Le Conseil d’administration interpelle Macron sur l’inscription des étudiants d’Ukraine

À l’initiative d’élus professeurs, le Conseil d’administration de Paris 1 a voté à l’unanimité une motion pointant du doigt la responsabilité du gouvernement quant au refus d’accueillir l’ensemble des étudiants fuyant le conflit en Ukraine. Un premier pas vers l'inscription des étudiants réfugiés, qui nécessite toutefois que la présidence de l'université prenne ses responsabilités sans plus attendre.

vendredi 8 avril

Crédits photo : Wojtek RADWANSKI / AFP

Le Conseil d’administration de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a voté lors de sa séance du 7 avril une motion adoptée à l’unanimité dans laquelle il se dit « préoccupé par la situation particulière des étudiants étrangers qui menaient leurs études en Ukraine » et demande au gouvernement « de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires à l’accueil de ces étudiants non-ukrainiens et de permettre à ceux qui le souhaitent la poursuite de leur cursus universitaire en France ».

Un pas en avant par rapport aux propos que soutenait jusqu’ici la présidence de Paris 1, notamment lors de la CFVU du 22 mars, où elle expliquait « qu’on [Paris 1] ne pouvait pas accueillir tous les réfugiés » ni « agir pour tous les pays du monde ».

Désormais, la présidence de Paris 1 ainsi que le Conseil d’administration de l’université s’alignent sur les présidences d’université et les maîtres de conférence ayant signé une tribune appelant le gouvernement à inscrire les étudiants réfugiés d’Ukraine, sans distinction de nationalité. Pour rappel, une instruction délivrée par les ministères de l’intérieur et de la santé en date du 10 mars 2022 rend applicable en France le dispositif de protection temporaire issu de l’Union européenne et dont sont exclus la plupart des réfugiés d’Ukraine n’ayant pas la nationalité ukrainienne.

Ainsi, alors qu’un certain nombre d’élus étudiants et professeurs dénonçaient l’adaptation de la présidence de Paris 1 à ce tri sélectif des réfugiés de la même guerre et exprimait leur solidarité envers tous les étudiants arrivés d’Ukraine, le vote de cette motion est une première avancée vers le nécessaire accueil inconditionnel de ceux-ci.

Toutefois, cette motion en elle-même n’engage pas l’université à agir directement, et il faut chercher à aller plus loin. L’université doit généraliser les inscriptions dérogatoires d’étudiants réfugiés, sans exiger le Diplôme d’étude en langue française (DELF), normalement obligatoire pour une inscription à la fac en France. Le diplôme universitaire passerelle étudiants en exil Panthéon-Sorbonne (DU PEPS) qui a pour but d’acquérir un niveau de français compatible avec un cursus universitaire doit être renforcé pour être en mesure d’accueillir l’ensemble des réfugiés qui en feraient la demande.

Il faut également exiger que soit mise en place une commission d’étude des dossiers, à laquelle pourront participer les organisations représentatives dans les conseils, de professeurs et d’étudiants qui le souhaitent. L’université Paris 1 doit enfin appeler à la répartition des étudiants réfugiés selon leurs filières entre les universités dès lors qu’à Paris 8 déjà plus de 150 d’entre eux se sont enregistrés pour espérer une inscription.

Pour que chaque étudiant qui a fui les bombardements et tente de reconstruire sa vie en France puisse le faire dans de bonnes conditions, il est nécessaire que le gouvernement et les présidences d’université ouvrent les établissements de l’enseignement supérieur sans distinction de nationalité, et ce de manière gratuite. Avec 15 organisations de jeunesse, Le Poing Levé – collectif jeune de Révolution permanente – appelle à des rassemblements partout en France pour exiger

  • L’abrogation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers
  • L’inscription gratuite dans leurs filières de tous les étudiants réfugiés de la guerre en Ukraine
  • La régularisation de tous les réfugiés

A Paris, le rassemblement se tiendra Place du Panthéon à 18h le 14 avril.
Signez la pétition ici.



Mots-clés

Guerre en Ukraine   /    Université Paris 1   /    Université   /    Réfugiés   /    Politique