^

Politique

Répression politique

Soutien à Julie Garnier, convoquée au commissariat pour son soutien aux grévistes de Transdev

Julie Garnier, élue LFI du conseil régional d’Ile de France est visée par une plainte déposée par Transdev, et est convoquée au commissariat pour avoir pris la parole sur un piquet de grève. La violente répression de la direction envers les travailleurs s’étend maintenant à ceux venus les soutenir. Soutien total face à cette tentative d’intimidation !

vendredi 1er avril

Crédit photo : Twitter Julie Garnier

Début novembre 2021 prenait fin une importante grève des travailleurs de Transdev, entreprise de transports en commun. Huit semaines d’un mouvement de grève inédit, qui avait entrainé plus de 1500 conducteurs et conductrices, ainsi que le blocage d’une dizaine de dépôts en Seine et Marnes et dans le Val d’Oise. La mobilisation se dressait contre la détérioration des conditions de travail, rendue particulièrement indignes par l’ouverture à la concurrence des lignes de bus et la privatisation des transports publics.

Depuis la fin du mouvement, la direction de l’entreprise mène une répression acharnée contre les grévistes. Mensonges aux usagers dans le but de diaboliser les grévistes même hors période de grève, entrainant des agressions sur les conducteurs, convocations disciplinaires, licenciements, toutes les méthodes sont bonnes pour réprimer ceux qui ont défendu leurs conditions de travail. En décembre 2021, cinq grévistes ont été convoqués en entretien préalable à licenciement, pour des motifs fallacieux. D’autres travailleurs ont également été assignés en justice par l’entreprise, un moyen de plus de faire taire les protestations et de tenter d’étouffer la détermination des grévistes.

Cette très dure séquence de répression mise en place par la direction de l’entreprise est loin d’être terminée, pour preuve la plainte déposée par Transdev contre Julie Garnier, élue France Insoumise, conseillère régionale en Ile de France. Cette attaque est évidemment une tentative d’intimidation grossière, contre une élue venue à de nombreuses reprises apporter son soutien aux grévistes sur les nombreux piquets des dépôts bloqués dans le 77 et le 95.

Dans un tweet publié ce matin, l’élue dénonce la plainte déposée par l’entreprise et sa convocation au commissariat en tant qu’élue, pour le simple fait d’avoir pris la parole sur un piquet pour soutenir les conducteurs et conductrices en grève.

Cette répression patronale, qui s’étend maintenant aux soutiens des travailleurs en grèves est inadmissible et s’inscrit dans une offensive sécuritaire généralisée contre le mouvement social. Alors que par exemple des candidats comme Anasse Kazib ou Philippe Poutou sont également en cours de procédure judicaires pour un rassemblement de solidarité contre l’extrême droite et de simples déclarations politiques sur la police. Nous exprimons tout notre soutien à Julie Garnier, convoquée au commissariat. Face à cette alliance classique de la répression patronale et de la répression policière et judiciaire nous opposerons une solidarité totale envers ses victimes.



Mots-clés

Transdev   /    La France Insoumise   /    Grève   /    Répression   /    Politique