^

Monde

Covid19

Tensions UE/Royaume-Uni : la guerre des vaccins entre États fait rage

Ces derniers jours, les tensions entre l’Union européenne et le Royaume-Uni s’exacerbent autour de la question des exportations de vaccins. Si les protagonistes espèrent trouver un terrain d’entente, cette affaire est symptomatique de la guerre que se livrent les États sur la question.

vendredi 26 mars

Crédits photo : Kenzo Tribouillard/ AFP

Ces derniers jours, les tensions « entre » l’Union européenne et le Royaume-Uni n’ont cessé de croître autour de la question des exportations de vaccins contre la Covid19. À tel point qu’un sommet en visioconférence des « vingt-sept » s’est tenu ce jeudi 25 mars pour aboutir rapidement à un accord, espéré d’ici la fin de la semaine.

En effet, ce mercredi, la Commission européenne a décidé d’un tour de vis concernant son mécanisme de contrôle des exportations de vaccins visant à les restreindre pour les pays produisant des doses ou ayant largement vacciné leurs populations. Surtout, c’est le principe de « réciprocité » qui est au cœur des tensions entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, sur fond de retard de livraison des vaccins annoncé par AstraZeneca sur le vieux continent.

Ainsi, cette mesure vise tout particulièrement le Royaume-Uni, vers qui l’UE aurait acheminé 21 millions de doses pour un total de 31 millions de vaccinés, sans aucune exportation en retour, et ce alors que des livraisons en provenance d’usines britanniques d’AstraZeneca étaient prévues. Boris Johnson a alors mis en garde contre tout « blocus », tandis que la France dénonce un « chantage » britannique.

« Ce serait stupéfiant de se faire une guerre des vaccins » a ainsi déclaré Jean-Yves Le Drian ce vendredi 26 mars. Il semble pourtant que cela soit déjà le cas. En effet, cette hausse des tensions est intrinsèquement liée à un nouveau risque de pénurie de vaccins, avec les retards de livraisons déjà mentionnés. Alors que les principales puissances impérialistes s’accaparent la grande majorité des doses à échelle mondiale, ce qui est en soi totalement absurde dans le cadre d’une pandémie, les tensions actuelles sur le vieux continent dévoilent une autre facette : celle d’une guerre sans merci entre les principales puissances économiques d’Europe.

Totalement irrationnels, et surtout fruit de la logique de concurrence entre États en laboratoires producteurs des vaccins, et ce alors que la situation est extrêmement tendue sur le plan sanitaire. Une situation qui rappelle celle de fin 2020, ou des éléments de « guerre du vaccin » étaient déjà palpables entre États, sur fond, à l’époque, d’émergence de variants plus contagieux.

Une histoire qui se répète donc, et qui n’est pas sans conséquence avec des milliers de vies emportés dans cette politique sanitaire absolument désastreuse. Un scénario qui ne pourra, en définitive, qu’être contrecarré par le passage à l’action des masses laborieuses, de la jeunesse et des classes populaires, pour imposer la levée des brevets pour une transparence totale et la mise en commun des vaccins pour toutes et tous, seul moyen d’obtenir à la fois un vaccin sûr et lever les doutes qui se propagent dans la population. Pour ce faire, il est indispensable d’exproprier les rapaces capitalistes et mettre sous contrôle des travailleurs et de la population les grandes firmes des pharmaceutiques, seul moyen d’imposer « le partage à l’échelle planétaire des résultats des recherches dans le cadre d’une collaboration globale pour répondre aux urgences sanitaires de toute la population » comme nous l’expliquions, déjà, fin 2020.




Mots-clés

Vaccin   /    Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Union Europénne   /    Monde