^

Monde

Coronavirus

Venezuela, Cuba, Iran : les sanctions américaines tuent les populations

Alors que la pandémie mondiale de covid-19 sévit toujours, les Etats-Unis maintiennent la pression sur l’Iran, Cuba et le Venezuela. La crise sanitaire révèle avec encore plus de force le cynisme de ces mesures qui n’ont pas d’autres objectifs que celui de servir les intérêts des grandes puissances, au détriment de la vie des populations.

mardi 28 avril

Blocus sur le matériel sanitaire : l’impérialisme assassine les population

La crise sanitaire n’aura pas eu raison des sanctions économiques et des embargos qui pèsent contre Cuba et l’Iran notamment.

Dans le cas de Cuba, pays historiquement hostile aux Etats-Unis et à son impéralisme, l’embargo commercial concerne également les produits sanitaires essentiels comme les respirateurs artificiels. Les Américains ont notamment pris le contrôle des entreprises IMT Medical et Autronic afin de mettre fin aux échanges commerciaux que ces dernières entretenaient avec Cuba. Ces sanctions affectent donc directement la capacité du pays à faire face à l’épidémie et mettent en danger la vie de la population.

En Iran, pays gravement touché par l’épidémie, ce sont les lourdes sanctions bancaires qui empêchent notamment le pays de se prodiguer du matériel sanitaire. Ne pouvant s’acquitter de ses paiements internationaux, aucune entreprise ne veut prendre le risque de livrer du matériel à l’Iran qui, du fait de ces sanctions et du cynisme et du caractère réactionnaire et ainti-populaire de son propre gouvernement, subit de plein fouet la crise. Les sanctions américaines, en pleine crise du Covid-19 sont donc plus que jamais meurtrières.

Les sanctions ne servent que les intérêts américains

Les premières victimes de ces mesures qui révèlent toute leur violence en temps d’épidémie sont les populations. Aux antipodes du discours officiel qui cherche à faire passer ces mesures iniques pour un combat légitime contre des régimes rétrogrades, la brutalité de la pandémie révèle crument leur vraie nature et leur véritable objectif.

Face à l’Iran, les Etats-Unis cherchent à imposer plus profondément leur domination régionale, appuyée sur leur allié historique saoudien. Au plus près de la Chine et de la Russie rivales, l’Iran et son régime réactionnaire fragile est une brèche dans laquelle les Etats-Unis tentent, en vain pour l’instant, de s’engouffrer. Mais ces sanctions, loin de servir l’intérêt de la population de l’Iran, font au contraire le jeu de la république islamique qui parvient à faire bloc et à exciter le sentiment national contre l’ennemi américain. Dénoncer et combattre l’impérialisme américain et s’opposer à toutes les sanctions internationales doit donc être le mot d’ordre.

Faire du Venezuela un pantin économique et politique

Du côté de l’Amérique Latine, c’est contre le Venezuela et le gouvernement chaviste de Nicolas Maduro que les Etats-Unis se montrent de plus en plus agressifs. Invoquant le motif fallacieux de la lutte contre le trafic de drogue, l’administration américaine a déployé, courant avril, de nouvelles forces militaires navales pour faire pression sur le gouvernement vénézuélien.

L’objectif réel est de faire monter encore d’un cran la pression sur Maduro afin de se débarrasser d’un régime insuffisamment acquis aux intérêts nord-américains. Comme en Bolivie, où les militaires et les forces de police ont chassé du pouvoir Evo Morales, l’impérialisme américain cherche à établir le plus de régimes inféodés à ses intérêts. Et tous les moyens sont bons pour prendre le contrôle des secteurs économiques stratégiques (et notamment le pétrole) du Venezuela.

Après avoir forcé la compagnie pétrolière russe Rostneft à stopper tout commerce avec PDVSA, la filial publique du pétrole vénézuélien, le risque est grand de voir s’aggraver plus encore une situation humanitaire déjà catastrophique du fait de l’hyperinflation et des pénuries massives.

Un contexte de lutte exacerbée pour le contrôle des chaines de la production mondiale

Le recul du leadership américain et l’abandon progressif du multilatéralisme correspond sur le terrain économique à une exacerbation des rivalités commerciales, notamment avec la Chine mais aussi l’Allemagne et l’Europe.

La crise du Covid-19 risque de faire de ces offensives commerciales, encore assez sporadiques, la norme dans un monde où les chaines de la production mondiale vont se réorganiser à la suite de la crise. Face à leur défaillance en matière de gestion sanitaire et dans la perspective d’une récession profonde, pratiquement tous les gouvernements occidentaux en appellent à des relocalisations et au renforcement des souverainetés économiques. Accentuer en conséquence le contrôle sur des territoires semi-colonisés apparait comme un enjeu d’importance majeure.

C’est très probablement ce que cherchent à faire les Etats-Unis avec l’Amérique Latine et notamment le Venezuela. Mais ces offensives préparent le terrain à des pillages économiques et financiers et ne préfigurent rien de bon pour les travailleurs et les populations de ces pays, c’est pourquoi il faut partout les dénoncer et les combattre.

De ce point de vue il faut que le mouvement ouvrier, notamment dans les pays impérialistes, exigent la fin des sanctions économiques contre Cuba, Venezuela ou l’Iran qui, comme nous l’avons dit plus haut, ne font qu’aggraver les souffrances des classes populaires et des travailleurs. Dans un contexte de pandémie, ces sanctions deviennent encore plus meurtrières.




Mots-clés

Coronavirus   /    Iran   /    Venezuela   /    Impérialisme   /    Cuba   /    Etats-Unis   /    Monde