^

Notre classe

4 ans après la grève

Victoire ! Le licenciement des salariés protégés de GM&S annulé par le tribunal administratif

Après 4 ans de lutte acharnée contre le « plan de sauvegarde de l’emploi » (PSE) à l’encontre des employés de GM&S, sous-traitants de Renault et PSA, le tribunal administratif de Limoges vient d’annuler le licenciement des quatre salariés protégés de l’usine.

mardi 30 mars

Crédits photo : PASCAL LACHENAUD / AFP

Ce jeudi, le tribunal administratif de Limoges a annulé les licenciements de trois élus CGT et celui d’un autre collègue ex-maire de Fursac. Alors qu’ils ont été licenciés à la suite du PSE mis en place à l’usine GM&S à la Souterraine en Creuse en 2017, il aura fallu de multiples étapes judiciaires pour arriver à cette conclusion.

Il y a 15 jours, une audience a eu lieu lors de laquelle le rapporteur public a annoncé l’annulation du PSE. Le tribunal a rendu son jugement hier : les quatre ex-salariés peuvent donc demander leur réintégration alors qu’ils ont été licenciés avec l’autorisation de l’inspection du travail. En effet, seule l’inspection du travail peut décider de licencier des salariés protégés. De ce fait, c’était leur mandat d’élus CGT qui était visé.

En 2017, après que le Conseil d’Etat a mis en place un plan social, 157 emplois ont été supprimés et aujourd’hui, le site tourne au ralentit avec 113 employés, ce qui traduit toutes les attaques qu’a subi l’usine dans le but de la faire fermer.

Cette décision est une victoire dans ce contexte de mobilisation intense : l’annulation de ces licenciements est une lueur d’espoir pour les travailleurs qui luttent pour leurs droits. Concernant 56 autres salariés licenciés, le 21 mai aura lieu à Guéret une audience aux Prud’hommes pour demander des indemnisations pour leurs licenciements abusifs où un rassemblement est prévu pour les soutenir.

Pour mieux comprendre le combat mené au sein de cette usine, Benjamin Carle et David Lopez viennent de publier Sortie d’usine, une BD qui retrace la lutte des ouvriers de l’usine GM&S à la Souterraine en Creuse et évoque la désindustrialisation du pays. Selon Vincent Labrousse, représentant du personnel élu CGT qui fait partie des quatre qui ont vu leur licenciement annulé, cette bande dessinée est un élément supplémentaire qui permet d’avoir une vue globale sur la désindustrialisation et qui montre qu’il est possible et nécessaire de se battre face à cela.




Mots-clés

Equipementiers automobiles   /    GM&S   /    mouvement ouvrier   /    Licenciement(s)   /    Automobile   /    Notre classe