×

Précarité étudiante

Inflation alimentaire, mal logement : participe à l’enquête nationale du Poing Levé !

Face à l'explosion de la pauvreté dans un contexte d’inflation, le Poing Levé organise une grande enquête sur la précarité et le mal-logement des étudiant·es. L'occasion de récolter des données précises sur la situation, et d'aiguiller son combat pour un revenu étudiant et la réquisition des logements vides.

Le Poing Levé

11 octobre 2023

Facebook Twitter
Inflation alimentaire, mal logement : participe à l'enquête nationale du Poing Levé !

Déjà 47% des ménages ont diminué leur consommation alimentaire en 2023, les loyers ne cessent d’augmenter, la facture d’électricité a pris 10% au 1er août… : les chiffres de cette rentrée donnent le vertige et ne laissent place à aucun doute sur l’intensification de la crise sociale.

Pendant ce temps, alors que les salaires ne suivent pas l’envolée des prix, les taux de marge des entreprises, eux, ne font qu’augmenter. Plus que jamais, le patronat et le gouvernement font payer cette crise à toutes celles et ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois.

En effet, l’inflation étant principalement issue de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, les classes les plus défavorisées sont davantage touchées, car les biens de première nécessité occupent une plus large part dans leur budget. Dans ce contexte, les étudiant·es, dont les conditions de vie et d’étude n’ont fait que se dégrader depuis la crise sanitaire de 2020, sont particulièrement affecté.es par la crise.

Les étudiant·es, parmi les plus touché.es par l’inflation et la crise du logement

Face à une situation économique dégradée, on voit les files d’attente d’aide alimentaire s’allonger encore, jusqu’à mettre en crise un secteur associatif qui n’est pas de taille à gérer autant de demandes. Les prix des produits alimentaires ont augmenté de 21% en deux ans et la facture d’électricité des ménages français a été multipliée par deux, et pourtant le gouvernement n’accorde que des miettes aux étudiant·es, ne proposant qu’une augmentation des bourses de 37€ par mois quel que soit l’échelon.

En plus des besoins d’aide alimentaire qui explosent, on a vu des étudiant·es dormir dans des tentes ou des campings faute d’accès à des logements corrects. Mais cela n’est que la partie la plus visible du mal-logement des étudiant·es en France, qui va de la sous-location à l’insalubrité en passant par des loyers effarants, des problèmes d’isolation ou encore un manque d’accès à internet.

En effet, plus de 175 000 logements étudiants manquent à l’appel en cette rentrée, et seul un quart des boursier·es est accepté dans les résidences Crous. Les étudiant·es se trouvent alors contraints de se tourner vers le parc locatif privé dont les loyers s’envolent sur fond de crise du logement. L’enquête menée par le Poing Levé, ainsi qu’un appel à témoignages, visent à rendre compte de l’ampleur de cette crise du logement étudiant, à quelques mois des Jeux Olympiques qui promettent encore de faire payer le prix fort à la jeunesse.

Une enquête nationale pour documenter la précarité étudiante et revendiquer plus que des miettes !

La précarité étudiante est une situation vue et vécue si fréquemment qu’elle est normalisée par le gouvernement et encore très mal documentée. On balaye d’un revers de main les plaintes des étudiant·es car on considère la misère comme un passage normal vers la vie adulte. Une situation qui inquiète même jusqu’aux présidences d’université, qui ont lancé un appel au gouvernement au travers d’une tribune, même si elles ne réclament qu’une allocation de 800€ par mois, en deçà du seuil de pauvreté.

Au Poing Levé, nous refusons d’occulter le côté éminemment politique des questions de précarité, et de baisser la tête face à une situation qui est trop souvent acceptée. En récoltant nos données auprès de plusieurs milliers d’étudiant·es, l’enquête du Poing Levé permettra une étude rigoureuse des conditions de vie des étudiant·es. Durant les prochaines semaines, nous voulons récolter un maximum de réponses qui nous permettront d’aiguiller notre combat en prenant en compte les situations différentes des étudiant·es à travers la France, mais aussi en ayant des statistiques solides. Loin d’être une fin en soi, cette enquête, couplée à des témoignages d’étudiants, nous permettra d’aller au-delà d’un simple constat de la situation, et ainsi d’envisager les voies pour sortir de cette précarité grandissante.

Plus largement, pour que les étudiant·es n’aient pas à choisir entre réviser et manger le soir, nous revendiquons un revenu étudiant à hauteur du SMIC indexé sur l’inflation et financé par les grandes fortunes. L’instauration de ce revenu est cruciale pour réduire les inégalités d’accès et de réussite dans l’enseignement supérieur selon la classe sociale d’origine. Dans le même sens, pour faire face au manque de logements alors que le parc immobilier français pourrait permettre aisément de loger tout le monde convenablement, il faut réquisitionner les logements vides.

Pour appuyer nos revendications, nous avons besoin de chiffres sur les conditions des étudiant·es. C’est pourquoi le Poing Levé lance dès maintenant cette enquête sur la précarité. Pour participer à l’enquête du Poing Levé sur les conditions de vie des étudiant·es, clique ici !


Facebook Twitter
Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Université du Mirail : tout comprendre à la suppression des rattrapages

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants

Ouverture de la plateforme Mon Master : top départ pour les Hunger Games étudiants


Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d'écologie

Austérité : le « gouvernement des jeunes » nous promet plus de précarité et (encore) moins d’écologie


« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d'assommer la jeunesse de mesures répressives

« Tu casses, tu répares » : Gabriel Attal continue d’assommer la jeunesse de mesures répressives

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

« Le lieu où je vis ne cesse de se dégrader » : Théo étudiant à Lille 3

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Communiqué. Non aux sanctions contre les élèves mobilisés du lycée Racine !

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Paris 1. Total et la BNP viennent faire leur marché parmi les étudiants

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel

Sélection, autoritarisme, écologie. Le mal-être croissant des jeunes ne tombe pas du ciel