^

Notre classe

5 raisons de regarder la série Zanon, le fil rouge dans la période

Révolution Permanente diffuse, pour la première fois sous-titrée en français, la série Zanon, le fil rouge, qui raconte la lutte des ouvriers de Zanon, une usine céramiste située en Argentine que les travailleurs ont récupéré et mis sous contrôle ouvrier. 5 enseignements pour la période actuelle et à venir.

jeudi 23 avril

L’usine céramiste de Zanon, située à Neuquen, en Argentine est un exemple à l’échelle internationale de l’autogestion ouvrière. Après la grave crise économique de 2001, les travailleurs de l’usine ont récupérer l’usine à leur profit et réussir à obtenir l’expropriation de l’ancien patron. Aujourd’hui, l’usine continue à fonctionner sans patron, sous une gestion ouvrière démocratique, et les travailleurs pensent à reconvertir leur production en ces temps de grave crise sanitaire.

L’histoire cette lutte est racontée par Raul Godoy, ouvrier à Zanon et militant du Parti des Travailleurs Socialistes (PTS), que Révolution Permanente diffuse pour la première fois sous-titrée en français. Dans le contexte actuel de grave crise, sanitaire et économique, elle offre de nombreux enseignements pour la période à venir et la lutte des travailleurs. Nous avons sélectionné ci-dessous 5 exemples.

1. A l’origine, une bataille pour les conditions de travail et de sécurité

La série Zanon, le fil rouge commence par la formation dans les années 1990 d’une équipe d’ouvriers combatifs, qui tente de s’organiser contre le patronat et la bureaucratie, et remporte les élections syndicales sous le nom de Liste Marron. Lors de l’année 2000, alors que ceux-ci s’organisent contre un nouveau plan de licenciements prévu par le patron, un travailleur de l’entreprise meurt. La lutte de Zanon va alors prendre une autre mesure et dépasser le cadre des revendications économiques : les travailleurs vont réclamer et obtenir après une bataille acharnée l’application de nouvelles mesures de sécurité dans l’usine.

20 ans après, cette lutte résonne fortement avec la situation des travailleurs face à la crise du coronavirus. En France, et dans le reste du monde aussi, de nombreux ouvriers continuent de produire, dans les secteurs essentiels comme l’alimentation ou l’énergie, mais aussi dans des secteurs de production inutiles car le patronat et le gouvernement veulent garantir à tout prix leurs profits dans la période. Or, très souvent, les conditions sanitaires sont très loin d’être garanties et de nombreux cas de contamination dans des usines ont déjà été rapportées. Face à cette situation, l’organisation des salariés pour les conditions de travail et de sécurité est une nécessité absolue, et la série de Zanon, en particulier dans l’épisode 1, regorge d’exemples de la lutte qu’ils ont menée sur ces questions.

2. Un exemple de la lutte contre les bureaucraties syndicales dans les syndicats

La combativité et l’influence grandissante de la Liste Marron va rapidement s’attirer les foudres du patronat et de la bureaucratie, qui fonctionne main dans la main. L’épisode 2 revient sur les attaques contre cette nouvelle liste combative, avec des menaces et des intimidations sur les travailleurs de Zanon. La succession des évènements est une véritable école de guerre de la bataille contre la bureaucratie, et des armes de la stratégie révolutionnaire.

L’exemple de la bataille des ouvriers de Zanon, si elle commence il y a plus de 20 ans, garde toute son actualité pour penser comment agir aujourd’hui. Il suffit de penser à la manière dont la bureaucratie syndicale en France continue de jouer un rôle fondamental pour maintenir l’ordre social des capitalistes et briser la combativité de la classe ouvrière. Durant le mouvement des Gilets Jaunes qui a fortement bousculé le macronisme, les directions principales organisations syndicales avaient tout faits pour organiser la division entre le mouvement ouvrier organisé et les Gilets Jaunes. Aujourd’hui, face à la crise du coronavirus, les bureaucraties syndicales laissent le grand patronat organiser la reprise du travail dans les entreprises non-essentielles et passer des attaques majeures contre le droit du travail par ordonnances, parfois même en collaboration ouverte avec la bourgeoisie comme la direction de Force Ouvrière et de la CFDT.

3. 2001 en Argentine, miroir de la crise économique à venir

L’histoire de la lutte de Zanon est directement connectée à la grave crise économique qu’a connue l’Argentine en 2001. Le 5 décembre, après le refus du FMI de verser la somme qu’il lui devait, le pays tombe en faillite. Ce krach économique a des conséquences terribles pour la population et provoque un chaos social et politique. Deux journées de grève générales et les affrontements dans la rue vont finir par faire tomber le gouvernement, ainsi que les quatre autres suivants. A l’échelle de tout le pays, les plans de licenciements et de fermetures d’usines s’accumulent et donnent naissance à certains phénomènes d’occupations et de gestion ouvrière comme celle de Zanon.

La crise économique amorcée par le coronavirus, mais dont les bases étaient déjà posés dans le système capitaliste, s’annonce d’une ampleur qui pourrait s’avérer similaire. D’ores et déjà, on annonce une baisse du PIB de 8% et cela ne pourrait être que le début. L’exemple de l’Argentine de 2001, et surtout de la réponse que les travailleurs y ont apporté, est donc plus que jamais actuel pour anticiper la crise à venir.

4. Lutte contre les licenciements et expropriation

De tous les exemples d’occupations et de mise sous gestion ouvrière qu’a connue l’Argentine après 2001, Zanon reste l’un des exemples les plus avancés. Dans les mois qui suivent, les travailleurs de l’usine céramiste vont faire redémarrer la production. Après des années de lutte acharnée avec une unité à la base entre travailleurs et chômeurs, ils vont même obtenir l’expropriation sans rachat de leurs moyens de production. Aujourd’hui, l’usine continue de produire sans patron à travers une organisation du travail exemplaire.

La grave crise économique à venir et les attaques que les capitalistes nous préparent pourraient voir des expériences de ce type émerger en France. L’entreprise Daher a annoncé il y a quelques jours le licenciement de 3300 personnes pour se préparer à la crise, et ce n’est que le premier exemple d’une longue liste à venir dans les semaines et les mois qui viennent.

5. Les travailleurs comme solution à la crise

Les exemples de gestion ouvrière comme celle de Zanon ne sont pas juste des cas particuliers. Ils permettent de montrer concrètement comment les travailleurs peuvent donner une issue aux crises que nous fait vivre le système capitaliste. Après 2001, l’usine de Zanon va se mettre « au service du peuple » et produire pour la population avoisinante des carrelages pour construire des hôpitaux et des maisons. Elle va s’assurer un soutien populaire qui sera déterminant dans les prochains épisodes de la lutte. Aujourd’hui, face à la crise sanitaire, une autre usine sous contrôle ouvrier située en Argentine, Madygraf, a décidé de reconvertir sa production. Ils produisent désormais du gel, des masques et des visières de protection qu’ils distribuent gratuitement aux hôpitaux et à la population. Ils montrent comment les travailleurs peuvent être la solution à la crise.

Avec la crise sanitaire, les capitalistes nous entraînent de plus en plus dans la barbarie. Après n’avoir rien fait ou presque pour endiguer l’épidémie, ils imposent désormais un confinement autoritaire et moyenâgeux, qu’ils ne respectent même pas pour les travailleurs qui produisent toujours des biens non essentiels. Pour faire face à la crise, ce sont les travailleurs qui ont seuls la solution. Ils peuvent imposer la fermeture des entreprises non-essentielles ou encore les conditions de sécurité nécessaires comme cela est déjà le cas dans de nombreuses usines. Mais au-delà, ils peuvent imposer une autre société, une société socialiste, où la production servira au plus grand nombre et non pas au profit de quelqu’un. Ils pourraient dessiner alors une économie planifiée où, en ces temps de crise, l’appareil productif serait redirigé entièrement vers l’effort de la lutte contre le virus, en produisant des tests, des masques et des respirateurs en masse.

Ne ratez pas l’épisode 4 diffusé en direct ce vendredi

C’est ce que pose à leur échelle les travailleurs de Zanon. Leur lutte montre comment les travailleurs pourraient devenir une solution à la crise, mais aussi le rôle de la stratégie révolutionnaire et du trotskysme pour y parvenir. C’est ce que raconte la série Zanon, le fil rouge, à travers 6 épisodes raconté par Raul Godoy, ouvrier de Zanon et militant du PTS.

Pour revoir les épisodes de la série Zanon, le fil rouge :

Episode 1 :

Episode 2 :

Episode 3 :

Episode 4 :

Episode 5 :




Mots-clés

Notre Histoire   /    mouvement ouvrier   /    Zanon   /    Grève   /    Argentine   /    Notre classe