^

Notre classe

Aéronautique

Daher surenchérit : ce ne sont plus 3000 mais 3300 postes qui vont êtres supprimés !

Lundi dernier, nous apprenions que la direction de Daher avait décidé de licencier 3000 salariés. Il s’avère aujourd’hui que 300 licenciements supplémentaires sont prévus, menaçant de jeter au total 2000 intérimaires et 1300 employés en CDI dans la précarité en pleine crise sanitaire et économique !

lundi 20 avril

Le groupe industriel Daher, qui comprend plusieurs sociétés spécialisées notamment dans les secteurs de l’aéronautique, de l’automobile et du nucléaire, se prépare à affronter la crise économique… en la faisant payer à ses salariés !

Comme nous l’écrivions le 13 avril dernier, un communiqué de la CFDT Daher relayait la politique patronale consistant à supprimer 3000 emplois. « Voilà la finalité d’avoir continué à bosser a boule au ventre ! » nous confiait un ouvrier dans cette entreprise. En effet, alors que la production non-essentielle avait fermé sous la pression des travailleurs dans de nombreux secteurs dans le cadre de la crise sanitaire, Daher avait maintenu son activité dans certaines filières stratégiques telles que la sous-traitance aéronautique, au détriment de la santé des salariés. Sans grande surprise, cela ne l’a pas empêché de mettre au point dans le même temps un plan de licenciement qui constitue la première attaque d’ampleur contre les travailleurs dans le cadre de la crise sanitaire et de la crise économique qui s’ensuit dans le pays.

Nous apprenons ce jour, au travers d’un communiqué de la CGT Daher, que la direction du groupe surenchérit : on ne parle plus de 3000 mais de 3300 licenciements, soit 1300 CDI et 2000 intérimaires. Encore une fois, on voit donc à quel point les patrons sont déterminés à sauver leurs intérêts, quitte à exposer les salariés au virus puis à les licencier en masse d’une part, en augmentant le temps de travail d’autre part.

Face à cette attaque, une réponse collective est nécessaire et possible. Comme le [revendiquait l’un de nos correspondants travaillant chez Daher->https://www.revolutionpermanente.fr/Tous-les-salaries-de-Daher-doivent-s-organiser-face-a-cette-attaque-temoignage-d-un-ouvrier, "Si on décide tous collectivement de s’opposer à ces attaques, qui ne vont pas seulement toucher les salariés de Daher, faut voir que ce n’est qu’un début, on peut les empêcher de mettre tous ces salariés au chômage". Cette bataille, contre les licenciements et pour le maintien et l’augmentation du salaire de tous les ouvriers qui travaillent pendant la crise, passe notamment par les syndicats qui peuvent constituer une arme redoutable pour notre classe. La CGT Daher pourrait porter cette politique sans compromis avec le patronat ni le gouvernement, en s’organisant contre les licenciements au-delà de la prime de 1000€ revendiquée dans le communiqué.




Mots-clés

Daher   /    Crise sanitaire   /    Crise économique   /    mouvement ouvrier   /    Licenciement(s)   /    Aéronautique   /    Notre classe