^

Notre classe

Postiers de Gironde en colère

Bordeaux. Plus de 200 personnes au rassemblement des postiers contre les reculs sur les conditions de travail

Plus de 200 personnes étaient présentes devant le bureau de poste de Mériadeck pour refuser les plans de réorganisations de la direction, les suppressions d’emplois, mais également pour revendiquer l’obtention de leurs primes et la fin des contrats précaires.

dimanche 28 mars

Plus de 200 personnes étaient présentes au rassemblement des postiers ce 27 mars, des postiers et délégations syndicales de plusieurs départements ainsi que de nombreux soutiens. Nous écrivions jeudi dans nos colonnes que « la situation des travailleurs de La Poste est connue pour être de plus en plus désastreuse. Cela ne date pas d’hier, mais le processus s’est notamment accéléré avec les multiples réorganisations il y a quelques années. Des réorganisations qui ont notamment introduit la méridienne et la sacoche dans de nombreux centres postaux, divisant ainsi les tâches et amplifiant les risques de maladie dues au travail. Depuis, la dynamique reste la même, toujours plus d’intérim, de contrats précaires, … Et une nouvelle fois, l’année 2021 vient d’être annoncée comme blanche en termes d’embauche durable.

Pour les postiers mobilisés, cette journée avait à la fois pour but de revendiquer les primes qui leur sont dues ayant été en première ligne de la crise sanitaire durant des mois, mais également pour refuser toute suppression d’emploi qui sont en réalité des plans de licenciements déguisés. En profitant de la crise sanitaire pour mieux supprimer les emplois, la direction du groupe impose sa marche forcée vers la privatisation, et notamment vers la généralisation des emplois précaires au travers de contrats cours, de la sous-traitance et la casse des acquis qui va avec.

Les postiers du 92 sont venus également soutenir les postiers de Gironde en lutte, dont Gaël Quirante, postier et militant au NPA, que nous avons interviewé :

Au niveau du réseau, les postiers ont décidé de faire une grève tournante, appelée par l’intersyndicale (CGT, FO, Sud PTT) tous les mardi, dans un bureau de poste différent. D’autre part, suite à la manifestation, les postiers appellent à une date nationale inter-métiers à la Poste.

Si les travailleurs en première ligne payent la crise en primes non octroyées, soit en baisse de salaire et en licenciements, le directeur général du Groupe quant à lui se porte très bien avec plus de 2 milliards de profits sur l’année 2020. C’est donc à la direction du groupe qu’il faut s’affronter ainsi qu’à l’Etat qui soutient sa privatisation : une journée ne suffira pas, il faudra une date commune de tous les postiers ainsi que de tous les secteurs pour un plan de bataille qui impose de ne plus supprimer aucun emploi, la titularisation de tous les contrats précaires et la nationalisation du groupe contre les réorganisations imposées par la direction !




Mots-clés

Suppressions de postes   /    Suppression d’emplois   /    Bordeaux   /    Licenciement(s)   /    La Poste   /    Notre classe