^

Notre classe

Ce n'est pas aux travailleurs de payer la crise !

Chantage à l’emploi à Athos Aéronautique : un APC ou 240 suppressions de postes

La direction de Expleo Athos Aéronautique a annoncé un APC (accord de performance collective) à ses salariés, venant supprimer leurs acquis. Le syndicat majoritaire FO à refusé l'accord qu'il juge « inadmissible ». La direction a riposté avec un chantage à l'emploi en menaçant les salariés d'un plan social qui met en cause 240 emplois sur 500.

jeudi 25 juin

A Athos Aero, la direction veut faire payer la crise à ses salariés. L’accord de performance collective que tente d’imposer la direction aurait des conséquences dramatiques sur les conditions de vie des salariés. En effet, la direction veut baisser jusqu’à 15 % du salaire, supprimer les indemnités kilométriques, et supprimer les majorations d’équipes. L’accord prévoit également de diminuer considérablement les primes de management, d’encadrement et d’objectif cadre.

Cet accord, vient remettre en cause tous les acquis qu’ont conquis les salariés au cours de ces dernières années. Comme le dénonce le syndicat FO, l’accord de performance collective vient non seulement rogner les acquis et salaires des salariés, tout en ne donnant en rien une garantie sur l’avenir des emplois. Comme l’indique le syndicat dans son tract du 19 juin, « La direction allant même jusqu’à affirmer à plusieurs reprises qu’un PSE se ferait avec ou sans APC. » Il s’agit donc d’un véritable chantage a l’emploi, qui vise a faire payer les conséquences de la crise aux salariés.

Le syndicat FO dénonce les plans de la direction et avance des éléments pour dénoncer les efforts demandés aux salariés alors que la direction n’est quant à elle évidemment pas prête à faire une quelconque concession sur ses profit. Préférant utiliser les salariés comme variable d’ajustement. Le groupe ne compte également revenir sur aucun des privilèges accordées à la direction. Le tract de FO du 19 juin remet en question les management fees « ces millions d’euros qui coûtent à Athos pour rémunérer les responsables cadres et dirigeants Expleo « gérant » Athos », ainsi que les taux de marges, les dividendes, et les salaires des dirigeants et des responsables.

Il s’agit de mettre en lumière l’hypocrisie du discours des dirigeants et la direction de la boîte, qui parle sans cesse « d’efforts collectif » face à la crise, alors que ce sont les salariés qui en payent les frais. Et ce pour le maintien des profits de leurs patrons. Ainsi,pour montrer l’hypocrisie de la direction qui parle de difficulté financière et qui n’a pas réduit les dividendes d’un centime. le syndicat exige une transparence totale face aux comptes de l’entreprise.

Le 26 juin, se tient la dernière négociation concernant cet accord de performance collective, que le syndicat majoritaire est résolu à ne pas signer, face à cette décision, la direction menace d’un plan de licenciement, qui concerne 240 salariés, sur 500 salariés. Le syndicat majoritaire est catégorique : il ne signera pas, pas question d’accepter de telles attaques aux salaires et aux droits des salariés.

A Derichebourg Aéronautics, un autre sous-traitant de la région, la direction a employé le même chantage, en imposant, avec l’appui du syndicat majoritaire un accord de performance collective qui détruit les acquis des salariés. Si ces derniers refusent la modification de leur contrat de travail, ils doivent quitter leur emploi. Les salariés de Derichebourg, qui se sont mis en grève contre cet APC dénonçaient dès-lors un plan social déguisé.

Face a un tel mépris des patrons voyous qui condamnent les salariés a la précarité ou au chômage, il faut exiger l’interdiction des licenciements et des baisses de salaires. Il est intolérable que les salariés payent les frais d’une crise dont ils ne sont pas responsables.




Mots-clés

Crise économique   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Licenciement(s)   /    Aéronautique   /    Patrons-voyous   /    Notre classe