^

Notre classe

Des milliers de salariés de Nokia manifestent à Paris contre le plan de licenciements

Après la manifestation très réussie de samedi à Lannion, qui a réuni près de 5000 personnes, les Nokia de Lannion et de Nozay manifestaient hier à Paris en direction de l’ambassade de Finlande. Ils s’opposent au plan de licenciements qui supprimerait 1233 postes.

mercredi 8 juillet

Crédit photo : Benoît Tessier / Reuters

Dès 6h ce matin, les salariés du site de Nokia à Lannion embarquaient dans un TGV spécialement affrété pour se rendre à Paris. Quatre jours après la manifestation massive de près de 5000 personnes à Lannion, 450 travailleurs ont répondu à l’appel à mobilisation pour manifester aux côtés de leurs collègues du site de Nozay dans l’Essone.

Les travailleurs de Nokia sont en lutte contre le plan de licenciement massif de la direction qui entend supprimer 1233 emplois, 402 en Bretagne et 801 en région parisienne. Un plan de licenciement auquel s’opposent totalement les travailleurs. « Il n’y a pas de difficultés économiques. On nous a même remerciés pour notre mobilisation durant cette crise sanitaire, des produits ont également été sortis en avance. On ne sait pas quels motifs économiques vont être avancés pour justifier cette décision » dénonçait ainsi Bernard Trémulot, délégué CFDT, à la manifestation de samedi.

A Paris, les milliers de salariés réunis ont défilé dans le quartier des Invalides jusqu’à l’ambassade de Finlande, pays d’origine de l’entreprise qui a acquis la multinationale française Alcatel-Lucent en 2015. Sur leurs panneaux, de nombreux travailleurs ont tenu à interpeller l’entreprise en dénonçant les délocalisations. « Nokia will knock ya out », « Keep Nokia in France », « Délocalisation = mort de Lannion », « Nokia, give money back », « Nokia, Serial Job Killer » pouvait-on ainsi lire dans le cortège.

Les suppressions de postes portent notamment sur les départements de R&D, dont la disparition entraînerait probablement la fermeture à termes des sites, comme l’a expliqué à Révolution Permanente Gildas, salarié du site de Lannion.

A l’issue de la manifestation rythmée au son du biniou et à laquelle étaient présents Laurent Berger (CFDT) et Philippe Martinez (CGT), des représentants syndicaux de l’entreprise ont été reçus par Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie. « Ce plan est inacceptable en l’état » a-t-elle déclaré sur Twitter.

Des déclarations et un engagement qui ne remplaceront pas le rapport de force que peuvent nouer les salariés par leur mobilisation exemplaire, seule à même de faire plier Nokia et de mettre la pression à un gouvernement très timoré lorsqu’il s’agit de s’opposer aux multinationales pour sauver les emplois, comme l’a montré le refus de conditionner le versement d’aides publiques ou l’accès au dispositif de chômage partiel de longue durée à la préservation totale des emplois.




Mots-clés

Lutte des classes   /    #NosViesPasLeursProfits   /    Manifestation   /    Grève   /    Patrons-voyous   /    Notre classe